Stade Rennais v FC Girondins de Bordeaux - Ligue 1

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Rennes-Bordeaux (1-1).

Le joueur AG du match :

Cédric CARRASSO (7/10) : Les matchs se suivent… et se ressemblent ! Si Bordeaux est décevant depuis plusieurs semaines, Cédric Carrasso reste régulier et est, une nouvelle fois, l’homme du match pour la Rédaction. Rayonnant devant Grosicki (24′), il empêche le Polonais d’ouvrir le score, avant de le dribbler en seconde période (55′). A 1-0, notre numéro 16 réalise l’arrêt opportun sur une reprise de Sio (60′), puis repoussera de fort belle manière la reprise de Said (87′), pour conserver le point du nul. Comme tous les grands gardiens, il a aussi pu compter sur la réussite, étant sauvé deux fois par sa barre (85′ 87′), une réussite qui l’avait pourtant fuit en fin de première période sur le but contre son camp de Contento (44′) !

Les titulaires :

Youssouf SABALY (5/10) : C’est un match correct que Youssouf Sabaly aura livré au Roazhon Park. Souvent opposé à Paul Georges Ntep, notre latéral a eu beaucoup de travail, mais a plutôt bien tenu son couloir, malgré les quelques fulgurances de l’ailier breton. Toujours bon dans la conquête du ballon (19 gagnés), il a parfois trop délaissé son aile, et ce n’est peut-être pas un hasard si le but vient de son côté (44′). Offensivement, c’est un peu le même constat que les dernières semaines : de la volonté, mais pas toujours de la précision. Cependant, sa superbe action pour Ménez (27′) aurait mérité d’être décisive…

Igor LEWCZUK (6/10) : Très décevant au Parc, Igor Lewczuk s’est très bien repris cet après-midi ! Le Polonais est apparu solide et concentré, comme il l’avait été avant le déplacement à Paris. Dans les duels, il a régné en maître, gagnant pas moins de 23 ballons. De la tête, au pied, et même du dos (15′), il s’est souvent jeté à propos pour contrecarrer les attaques bretonnes. Trop attentiste cependant en fin de rencontre (85′ 87′), mais cela ne gâche pas sa belle prestation d’ensemble, d’autant plus qu’il a été appliqué dans la relance (91 % de passes réussies).

Nicolas PALLOIS (5/10) : De retour à Rennes, où il fût expulsé et gravement blessé la saison dernière, Nicolas Pallois n’a pas été exceptionnel dans le jeu, mais il a eu le mérite de ramener Bordeaux au score ! Approximatif et nerveux par moment (carton jaune à la 45′), notre numéro 5 a bien du mal à retrouver le niveau qui était le sien. Si par moment, sa solidité refait surface (6′ 53′ 80′), il a commis des erreurs assez inhabituelles, comme son intervention ratée sur l’occasion de Sio (60′). Spectateur sur le but contre son camp de Contento (44′), il a été trop peu précis dans son jeu long, et aura au final perdu plus de ballons qu’il n’en a gagné, chose rare pour un défenseur ! Sa partition est évidemment ré-haussée par sa reprise de volée du droit (66′) qui permet à Bordeaux d’égaliser.

Diego CONTENTO (3/10) : Comme la saison dernière, Diego Contento a fait trembler les filets… sauf que cette fois-ci il s’est trompé de côté ! Sur le centre de Sio, il se déchire complètement envoyant le cuir du droit dans le but de Carrasso (44′). Si marquer contre son camp arrive, c’est la cerise sur le gâteau de son match raté. Encore une fois, l’ancien joueur du Bayern n’a pas été au niveau. Déjà trop court sur l’occasion de Grosicki (24′), il a vécu une rencontre difficile malgré ses 13 ballons gagnés. Offensivement, c’est faible, pour ne pas dire inexistant…  Le voir passer derrière Maxime Poundjé pour les prochains matchs ne serait ni étonnant ni illogique !

Jérémy TOULALAN (3/10) : Elle est facile, mais au Roazhon Park, c’était Jérémy Toula-lent… On attendait beaucoup de la présence de ce milieu d’expérience, pour le moment ce n’est clairement pas une réussite. Evidemment, il est encore tôt pour faire un bilan, mais cet après-midi, il a surtout brillé par ses mauvais choix et son manque de vitesse, malgré une réelle et grosse activité à la récupération (22 ballons gagnés). Des chiffres totalement « annulés » par un jeu long horrible (22 ballons perdus) et son manque d’entrain… Clairement, il doit apporter beaucoup plus à notre équipe, et au plus vite !

Grégory SERTIC (4/10) : Titulaire et capitaine, Grégory Sertic a été à peine plus inspiré que son acolyte du milieu. Auteur d’une faute dangereuse en début de rencontre (8′), le Franco-Croate a ensuite été plutôt propre que ce soit dans ses interventions comme dans ses transmissions (88 % de passes réussies). Cela reste néanmoins bien trop faible pour prendre le pouvoir dans le coeur du jeu. Souvent positionné trop bas, il n’a jamais été en mesure d’être le relais entre la défense et l’attaque. Hormis quelques ballons grattés (10), il n’a pas servi à grand chose et a clairement été éteint par Prcic. Il n’a pas non plus brillé par ses coups de pieds arrêtés…

MALCOM (4/10) : Étincelant les deux premiers mois, Malcom marque très clairement le pas. Malgré son activité intéressante en début de rencontre (8′ 15′), le Brésilien n’a posé que trop peu de problèmes aux défenseurs rennais. Peu inspiré, il a joué arrêté la plupart du temps et n’a jamais réellement su faire de différences. Sa prestation est « sauvée » par son corner déposé pour la reprise de Pallois (66′), une passe qui confirme qu’il est le joueur bordelais le plus décisif de la saison, même si évidemment on est en droit d’attendre plus. Remplacé par François Kamano (73′).

Adam OUNAS (5/10) : Au cœur d’une attaque bordelais plus que timorée, Adam Ounas a été le plus en vue. Sans être exceptionnel, le (probable) futur international algérien a apporté sa fougue et sa vivacité à une équipe qui en avait bien besoin. Il a été à l’origine des rares occasions bordelaises de la première période, mal conclues par Rolan (31′) puis Menez (37′). Après la pause, il a été plus discret, donnant l’impression de jouer sur courant alternatif, ne touchant au final que 35 ballons en 90 minutes… On notera également un déchet toujours très important (1 ballon sur 3 perdu), même si cela fait partie de son jeu !

Jérémy MENEZ (3/10) Qu’a-t-il fait à part marcher et s’agacer ? Ah oui, nous agacer ! Evidemment c’est un très grand joueur capable de faire des différences, mais hormis sa passe décisive contre Nantes ou son but à Lyon, on demande toujours à voir ! Cet après-midi, nous avons eu droit uniquement au mauvais côté de Jérémy Ménez. Des décrochages intempestifs, des gestes d’humeur, et des occasions ratées (26′ 37′). La même participation au jeu que Mario Balotelli, l’efficacité en moins. Evidemment tout n’est pas de sa faute, mais avec son expérience et son talent, il doit apporter beaucoup plus aux Girondins ! Jaroslav Plasil a pris sa place pour les dernières minutes (88′).

Diego ROLAN (3/10) : Pas mieux, pas pire, mais tout aussi décevant que Jérémy Ménez : Diego Rolan ! L’Uruguayen a loupé une grosse occasion (31′) et a été très peu en vue à côté. Des appels qui manquent de tranchant, des dribbles ratés, et à l’instar de Jérémy Ménez, des décrochages trop importants… Depuis son but face à Nantes, on cherche toujours le talent de notre numéro 9, trop discret pour être dangereux. Prometteur son duo avec l’ancien Milanais est presque en train de devenir un handicap… Remplacé par Gaëtan Laborde (82′).

Les remplaçants :

François KAMANO (=) : Entré pour les 20 dernières minutes, François Kamano n’a pas pu (ou su) se mettre en évidence, ne touchant que 6 ballons.

Gaëtan LABORDE (=) : Moins de temps de jeu que François Kamano, mais plus de ballons (8), ce n’est pas pour autant qu’il a pu (ou su) bien les exploiter.

Jaroslav PLASIL (=) : Entré pour les dernières minutes du match, pour « solidifier » le bloc et conserver le point du nul.

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (4/10) : Encore une fois Jocelyn Gourvennec ne sort pas gagnant de la rencontre. Dans son 11 de départ, il avait décidé de laisser Jaroslav Plasil sur le banc, ce qui n’est pas scandaleux après les dernières performances du Tchèque, mais ce choix ne fût pas spécialement payant. L’association Toulalan-Sertic a eu beaucoup de mal à exister. Incapable de produire un football de qualité (depuis plusieurs semaines d’ailleurs), sa formation a livré une terne prestation. Son coaching est aussi sans doute trop tardif et le remplacement de Jérémy Menez aurait notamment pu intervenir plus tôt !

La rédaction AG