Dijon FCO 0-0 FC Girondins de Bordeaux (35ème journée de Ligue 1)

La feuille de match

Dijon : Reynet – Rosier, Varrault (c.), Lotiès, Haddadi – Balmont (Amalfitano 59e), Lees-Melou, Abeid, Sammaritano (Kwon 66e) – Diony, Tavares.

Bordeaux : Carrasso – Sabaly, Lewczuk, Pallois, Contento – Toulalan (c.), Vada (Ounas 56e), Sankharé – Malcom (Ménez 72e), Kamano (Plasil 87e), Laborde.

Buts : –

Avertissements bordelais : Lewczuk (25e).

Affluence : 9500 spectateurs

Le résumé

Après trois victoires d’affilée, Bordeaux arrive en forme du côté de Dijon, 18e et barragiste avant cette rencontre. Si le spectacle a fait frémir les pensionnaires de Gaston Gérard, c’est avec le regard noir que les Girondins quittent la Bourgogne, auteurs d’un bien mauvais match.

Un début en fanfare

Dans les premières minutes de cette partie, Bordeaux s’est pourtant montré à son avantage. Gaëtan Laborde, sur une feinte de corps, s’est ouvert le chemin du but. Sa frappe en pivot limpide croise la route du dos de Vada, désolé. Dommage, vu la trajectoire parfaite de la frappe (3e).

Les deux hommes se retrouvent trois minutes plus tard, cette fois-ci sans s’accrocher. Vada au centre, Laborde à la tête. Sa tentative de l’arrière du crâne permet au ballon de trouver le cadre, mais Baptiste Reynet a su justifier sa présence parmi les nominés au titre de meilleur gardien de L1. Une détente latérale splendide, un arrêt de classe (6e).

Et puis plus rien

Après… plus rien. Côté bordelais, du moins. Afin de joindre la critique à sa justification, il suffit de regarder la stat’ des tirs cadrés : 6 pour Dijon, 1 pour Bordeaux. Cette fameuse tête de Laborde.

Lees-Melou et sa frappe puissante n’ont pas inquiété Carrasso (12e). Tout l’inverse un peu plus tard (18e). Sur un corner venu de la gauche, Varrault prend le dessus sur Lewczuk et place une tête smashée que Carrasso repousse. Un arrêt incroyable à vitesse réelle, mais la frappe du capitaine dijonnais est en fait sur le portier bordelais.

Sur un contre, Bordeaux a failli faire la différence. Vada fixe bien, sert Kamano dans le bon tempo, mais ce dernier fait malheureusement n’importe quoi avec le ballon. Malcom seul, le guinéen préfère tenter sa chance du droit (31e). Une belle occasion gâchée…
Juste avant la pause, Diego Contento a tenté sa chance de loin, à 35m, son effort fuyant le cadre de peu (44e).

Sankharé, toujours aussi volontaire offensivement, s’est révélé très imprécis sur ses frappes aujourd’hui. Tout d’abord sur un corner de Malcom (54e) où sa tête passe très au-dessus de la cage, puis sur un geste acrobatique mal pensé (69e) et surtout mal préparé.

Le coach bordelais, Jocelyn Gourvennec, a tenté de bousculer son monde en faisant rentrer successivement Ounas et Ménez, qui, tous deux, n’ont pas eu le rendement escompté. Il n’en demeure pas moins que sur une incursion bien sentie d’Ounas, stoppé très irrégulièrement par Lotiès (68e), l’arbitre aurait dû siffler un pénalty aux Girondins. Le corps arbitral, dominé par M. Varela, a choisi de ne pas intervenir. À tord, au vu de la jambe d’Ounas qui tourne et aussi du ballon qui n’est pas touché.

Dijon aurait dû l’emporter

Cela reste un fait de match, et Dijon a imprimé un gros rythme dans le money-time pour s’imposer. Ce qui aurait dû être le cas. Une nouvelle tête de Varrault a été sortie par Sabaly sur sa ligne (merci Carrasso de mettre encore un joueur au deuxième poteau) à la 84e minute, par exemple.

À peine 45 secondes plus tard, un centre de Loïs Diony ne trouve pas preneur, si ce n’est Lees-Melou qui, en bout de course, n’arrive pas à suffisamment croiser son tir (85e).

Quatre minutes plus tard, une nouvelle occasion incroyable pour Dijon. Cette fois-ci, les rôles sont inversés. Kwon puis Diony sont à un cheveu de reprendre un centre fuyant venu de la droite, par l’initiative de Lees-Melou (89e). Au ralenti, ça ne passe vraiment pas loin.

Entre deux, une frappe de Ménez qui ne trouve pas le cadre (92e). Dans la dernière minute du temps additionnel, Kwon se retrouve seul dans la surface sur un ballon long, reprend de volée ce dernier, mais Carrasso s’est montré impérial en captant ce ballon après l’avoir arrêté d’une manière, ici, spectaculaire (93e).

Au classement, Bordeaux reprend la 5e place à Marseille mais ne compte plus qu’un point d’avance sur son adversaire qu’il rencontrera, à domicile, le 14 Mai. Avant de penser à ce match, il reste un déplacement à Saint-Étienne. Le championnat n’est pas encore joué, messieurs…

Allez Bordeaux !