FC Girondins de Bordeaux 1-1 Olympique Lyonnais (28ème journée de Ligue 1)

La feuille de match

Bordeaux : Carrasso – Gajic, Jovanovic, Pallois, Contento – Toulalan (c.) (Plasil 80e), Vada (Ménez 84e), Sankharé – Kamano, Malcom, Laborde

Lyon : Lopes – Rafael, Diakhaby, Mammana, Morel – Gonalons (Valbuena 59e), Tousart, Tolisso – Memphis (Ferri 84e), Fékir (Cornet 63e), Lacazette

Buts : Vada (16e) / Mammana (79e)

Avertissements bordelais : Gajic (26e), Jovanovic (36e), Malcom (38e), Toulalan (57e), Pallois (90e)

Affluence : 31 511 spectateurs

Le résumé

C’est sur une vague ultra positive que Bordeaux a reçu, ce soir, l’Olympique Lyonnais. Une belle série (9 victoires, 2 nuls, 2 défaites TCC) qui amène les Girondins à la 5e place du championnat. Un gros match en prévision, donc, entre le quatrième et son poursuivant. Au-delà de la rivalité sportive, il y a bien entendu la rivalité historique entre clubs qui se sont, entre autres, affrontés en 1/4 de finale de Ligue des Champions (2010). Ce soir, au Matmut Atlantique, les deux équipes se sont livrés un beau duel, pour le score suivant : 1-1.

Une entame ultra-positive

Dès les premiers instants, Bordeaux s’est montré convaincant en mettant en place un bloc très haut et le système de jeu suivant : 4-1-4-1. Avec le trio d’attaque Laborde, Malcom, Kamano, positionné bien bas sur le terrain. Deux lignes de quatre et une plaque tournante (Toulalan) qui, en personne, s’est chargé de donner les directives. Oppressé, Lyon a concédé la première occasion (3e) sur une frappe de Kamano.

L’OL a quand même réussi à se créer des positions d’attaque. Après une perte de balle dangereuse de Jovanovic, Lacazette s’est emparé du ballon, orienté vers la cage, mais sa frappe imprécise transperce le filet extérieur (10e). Une occasion dangereuse partout.

Finalement, ce sont les Girondins qui ont été décisifs en premier. Sur une très bonne récupération de Contento, Kamano est trouvé sur l’aile. Comme d’habitude, le guinéen a percuté avec vigueur dans l’axe, puis servi Vada en profondeur. L’argentin est hors-jeu mais la faute n’est pas sifflée. Ensuite, son plat du pied du gauche est parfait. 1-0, dès la 16e, signe d’une soirée de feu.

Vingt minutes de latence

Bordeaux a gagné neuf fois sur les douze matchs où il a ouvert le score (9 victoires, 3 nuls, 0 défaite). Un sentiment de plaisir supplémentaire s’est échappé de toutes nos bouches, heureux de voir des Girondins capable de répondre au gros challenge du jour.

Le plan de jeu n’a pas changé par la suite. Bloc haut, bonnes intentions, tout se passe pour le mieux. Mais une grosse occasion lyonnaise a changé le cours de cette première période. Sur un long ballon de Tousart, Memphis Depay a pris le dessus sur Gajic, contrôlé, frappé du gauche. Son tir aurait dû terminer sous la barre sans l’arrêt décisif de Carrasso (28e).

Une minute plus tard, c’est le capitaine visiteur qui s’est distingué. Servi par Fékir, Gonalons s’est appliqué pour placer une tête croisée. Croisée… Un peu trop. Suffisamment pour fuir le cadre (29e). Immédiatement, Bordeaux a répondu en se donnant une belle opportunité. Un retourné acrobatique de Laborde, mal préparé donc mal cadré (34e). Une action dangereuse en trompe l’oeil dans une période où les Girondins ont souffert.

Le tournant du match

Après un coup-franc de Memphis dans les nuages, le rapport de force s’est ré-équilibré. Et Bordeaux aurait dû bénéficier d’un pénalty. Mais… genre… vraiment. Sur un contre, Malcom a lâché la nitro pour filer vers le but. Trop vif, trop instinctif pour Diakhaby. Le défenseur lyonnais touche le brésilien dans sa surface, le pénalty semble indiscutable mais l’arbitre du soir, Monsieur Schneider, décide d’arrêter le jeu (38e). Non pas pour pointer la surface de réparation. Mais pour avertir Malcom. Une erreur d’arbitrage flagrante qui vient justifier (?) le but qui ne devait pas être valable.

C’est le tournant du match. Si la faute avait été sifflée, le sort de cette partie aurait été différent. À 2-0, le scénario aurait pris une autre voie. C’est une décision mauvaise, difficile.

Quelle deuxième période !

Dix minutes de transition (45e-55e) avant le retour aux véritables affaires. Une frappe cadrée de Vada a redonné de l’allant à tout l’intérêt de cette partie (56e). Malgré les blessures de Toulalan (adducteur) et Fékir (dos), les deux joueurs ont tout donné jusqu’au bout. Signe d’un match mené par l’envie et la détermination.

L’autre tournant du match, c’est peut-être ce double acte héroïque de Rafael. Sur un bon mouvement initié de la droite, Laborde a eu deux occasions pour frapper (67e). Le latéral brésilien s’est sacrifié à deux reprises pour repousser le cuir, avec succès.

Cet échange de représailles a continué au fil de la partie. Lyon a donc répondu. Cinq minutes après Laborde, Diakhaby a failli remettre les équipes à égalité. Sur un coup-franc de l’entrant Valbuena, son coup de casque (72e) a flirté avec la transversale de Carrasso.
A tout geste héroïque, doit répondre un geste héroïque. Nicolas Pallois s’est mué en acteur divin en réalisant un tacle de toute beauté devant Lacazette (75e).

Sur un coup du sort, Lyon est revenu au score. Sur une nouvelle erreur d’arbitrage, plutôt. Une faute imaginaire de Kamano a donné lieu à un coup-franc très bien placé pour l’OL. Pas de pénalty, on a du bol. Mais un coup-franc à 22m tiré magistralement par le bien colérique Valbuena, Emmanuel Mammana a placé un coup de tête piqué. Un tir parfait, sur lequel Carrasso ne peut rien (79e).

Une égalisation cruelle mais somme toute assez logique, au vu de la physionomie. Bordeaux a eu la dernière occasion (91e). Lancé sur l’aile droite, Jérémy Ménez a délivré un centre en retrait parfait, sur lequel Laborde s’est effacé. Kamano, en sauveur, s’est chargé de la dernière tentative. Encore contré… Quel dommage !

Score final 1-1, un partage des points équitable mais les Girondins peuvent nourrir des regrets. Sans les fautes d’arbitrage et avec un soupçon de réussite supplémentaire, Bordeaux l’aurait emporté. Mais inutile de trop en vouloir à Mr Schneider, tout le monde fait des erreurs.
Bordeaux consolide sa cinquième place au classement (voir ICI) et fait son dixième match nul de la saison. La série de résultats positifs se poursuit… Et c’est ce genre de match qui peut donner envie à un grand nombre de retourner au stade.

Allez Bordeaux !




Publier un nouveau commentaire