Jorge Jesus (entraîneur de Benfica) :
«Cette équipe de Bordeaux a beaucoup de qualité et certains avaient tort de s’attendre à un carton. C’est une qualification en deux matches et nous avons réussi notre objectif, qui était de gagner sans prendre de but. On aurait préféré un avantage plus important mais nous n’y sommes pas arrivés. On n’a pas produit autant de jeu offensif qu’on souhaitait, parce qu’eux aussi ils nous ont obligés à défendre.»

Rodrigo (attaquant de Benfica) :
«Je ne savais pas (que le but avait été attribué contre son camp au gardien Carrasso, ndlr), mais l’important c’est que c’est un but pour Benfica et ça ne retire pas mon mérite. C’est un but qui vaut une victoire et c’est un bon résultat.»

Garay (défenseur de Benfica) :
«C’était un match difficile mais je pense que Benfica a très bien fait les choses. C’est un score mérité qui nous donne un bon avantage et il nous faudra y aller pour assurer la qualification.»

David Bellion (attaquant Bordeaux) :
«De la déception pour le résultat, de l’espoir pour le match retour parce qu’on sera chez nous et qu’on mettra une tactique en place. Mais on s’est rassuré parce qu’on a construit des actions et c’est important pour l’avenir.»

Ludovic Obraniak (milieu de terrain Bordeaux) :
«Au vu de la prestation collective et individuelle, on peut avoir un peu d’espoir sur le match retour. Ce qui nous fait cruellement défaut depuis le début de l’année 2013, c’est notre manque de réalisme. Dans la surface adverse, il manque le dernier geste, il manque du monde et de l’efficacité. On s’attendait à souffrir beaucoup plus face à Benfica. On a su imposer notre jeu. On est tous unanimes pour dire qu’on a fait le match qu’on attendait. On sait qu’on est le dernier représentant français dans cette compétition. On essaiera de faire honneur à notre place de privilégié.»

Cédric Carrasso (gardien de but Bordeaux) :
«Je pense que l’équipe a eu un bon visage, on a pris un but mais on a réagi derrière et on a essayé de montrer quelque chose. C’est encourageant, même pour le match retour. On sait que ce sera difficile. Dès le départ, Benfica, on sait que c’est supérieur à nous. On en avait fait une montagne, tout le monde disait qu’on allait se faire détruire ici. Aujourd’hui, il y a 1-0. On est à la mi-temps du match, avec le match retour à jouer. Il faudra faire le même match, jouer pour ne pas prendre de but et sur 90 minutes, en mettre un. Si on en met un, on ira à la prolongation et on en mettra un deuxième.»

Sources : L’Equipe.frRMCsport.frbe IN SPORT



Laisser un commentaire