Alain Deveseleer, Directeur Général des Girondins de Bordeaux était l’invité de Gold FM dans son émission Soir de Foot. En cause, l’article de Sud Ouest que nous avons relayé (voir ici).

Le responsable rappelle qu’il s’agit d’un « partenariat public-privé, donc les girondins de bordeaux (privé) qui contractent avec la mairie de Bordeaux (public) ».

Il veut que « tout le monde se satisfasse dans la région d’avoir à terme le plus beau stade de France. La qualité architecturale du stade est remarquable », précise t’-il et rajoute même que  « ce sera un totem, un symbole de la ville et de la région« . Au point de vue financier, ce sera « le stade le moins cher de tous les stades qui vont être construits pour l’Euro (2016, ndlr), la construction du stade neuf à Bordeaux coûtera moins cher que la rénovation du stade Vélodrome à Marseille ».

Il nous apprend que « la construction du stade coûtera 190 M€ pour 42 000 places quand à Nice, un stade de 35 000 places va coûter 260 M€ ». »Le stade de Bordeaux est le projet le plus ambitieux sur le plan de l’architecture et de l’exploitation et le plus raisonnable de tous les projets en France voir même en Europe concernant la partie financière ».

Il rassure les contribuables bordelais en disant que « l’impact sur le contribuable est cerné, garantie, encadré parce que le club s’est engagé à un loyer pendant 30 ans (3,8 M€/an, ndlr) » et qu’il ne sera pas seulement exploité par le club puisque séminaires, congrès, concerts, spectacles et autres concessions (26 au total) exploiteront le grand stade donc paieront une part. « La ville contribuera pour moins de 2 M€ par an, ce qui correspond à peu de choses près ce qu’aurait coûté le stade Chaban-Delmas, en état de fin de vie » en ce qui concerne sa rénovation et ses aménagements.

Il conclu cette partie en rappelant que « ce stade ne sera pas uniquement dédié au football » et pourra attirer certaines organisations « qui aujourd’hui fuient la ville de Bordeaux ».

Au niveau du déficit, « c’est un déficit conjoncturel, il s’agit de mettre notre masse salariale en ligne par rapport aux futurs enjeux. Il signale qu’il ne faut pas « confondre le déficit d’une saison avec de l’endettement » en appuyant que « le club des Girondins de Bordeaux est le club le moins endetté de tous les clubs professionnels de France« .

« La charge des transferts à amortir qu’il reste à supporter est de l’ordre de 10 M€« , ce qui ne signifie pas que le club doit payer et sortir de l’argent mais le comprendre au niveau budgétaire. A titre de comparaison, Alain Deveseleer estime l’amortissement des contrats des joueurs à Lyon au delà des 100 M€, soit 10 fois plus que le club girondin.

Interview complète : ici

Le sujet du paiement du grand stade n’est donc objet qu’à polémique, ce que l’on devrait retenir est que les girondins et autres aquitains ne doivent pas se soucier de leurs finances et de celles des girondins en ce qui concerne le grand stade. Après, à chacun son avis…

Source : Gold fm



Laisser un commentaire