Adam Ounas / Stephane Darbion

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Troyes (1-0).

Le joueur AG du match :

Adam OUNAS (non noté) : Après ce match, on peut se dire qu’Adam Ounas commence à faire son trou dans le groupe professionnel ! S’il s’était déjà fait remarquer après le match contre Montpellier, il confirme son statut de (au moins) super-sub, en marquant une seconde fois après être entré en jeu (78′)… A la différence du match contre Lorient, son but n’est pas anecdotique et est même décisif, permettant aux Marine et Blanc de ramener trois points grâce à un superbe enchaînement contrôle parfait – volée du gauche, sur lequel Bernardoni ne pourra rien. Pour son but mais aussi pour le danger apporté après son entrée (68′ 83′), il est l’homme du match pour la rédaction d’AG.

L’équipe :

Cédric CARRASSO (6/10) : Ce soir, Cédric Carrasso n’aura été que rarement inquiété, notamment grâce à une défense relativement bonne. Il aura néanmoins été décisif en bloquant (difficilement) la frappe de Camus en deux temps (26′), puis en se détendant sur un superbe tir lointain de Jessy Pi qui prenait le chemin de la lucarne sans l’intervention du bout des doigts du portier girondin (55′). Il semblait avoir été touché après son choc avec Maxime Poundjé (64′), apparemment sans gravité. Ce second clean sheet consécutif en Ligue 1 (le 76ème avec les Girondins, à égalité avec Dropsy) est aussi la conséquence de la maladresse des attaquants troyens (64′ 85′ 90+2′).

Frédéric GUILBERT (non noté) : Ce soir, notre jeune défenseur récupérait sa place de titulaire sur le flanc droit de la défense, après que Poko, suspendu pour ce match, lui ait été préféré contre Sion (avec le résultat que l’on connaît). En jambes, il n’aura malheureusement eu que peu de temps pour goûter à cette titularisation. Il sera en effet remplacé, après un choc avec Jessy Pi (heureusement sans gravité), à la 31ème minute par Milan GAJIC (5/10), qui refoulait les terrains de Ligue 1 après avoir été écarté du groupe par Willy Sagnol. Le latéral serbe aura eu du mal à rentrer dans son match avec un centre raté (33′) mais se rattrapera en sortant un ballon chaud en corner (44′). Un match relativement tranquille pour le numéro 2 girondin qui rentrera dans un contexte plutôt difficile. Une activité offensive intéressante même s’il a eu du mal à aller au bout de ses actions. Défensivement, il a tenu son rôle sans trop de problèmes.

PABLO (6/10) :  Face à Troyes et contrairement à ce que l’on pourrait croire en connaissant l’effectif girondin, ce n’est pas Lamine Sané qui a effectué la prestation la plus convaincante en défense centrale, mais bel et bien la dernière recrue estivale ! Appliqué, il a gagné beaucoup de ballons (17) en étant souvent bien placé. Il effectuera de bonnes interventions (3′, 35′, 90+3′) et ce même s’il nous aura fait quelques frayeurs, en se faisant surprendre (89′) voire en étant à deux doigts de commettre l’irréparable dans la surface face à Péréa (80′) Le Brésilien n’a pas non plus hésité à monter sur les coups de pieds arrêtés pour apporter le danger (25′, 53′, 78′). Déjà intéressant face à Montpellier, Pablo semble prendre ses marques petit à petit.

Lamine SANÉ (5/10) : Le capitaine de l’équipe girondine est celui qui aura gagné le plus de ballons ce soir, réussissant à en intercepter 21. Dans les airs, il a régné en maître, ne laissant que des miettes à ses vis à vis. Il n’évitera pas cependant un carton jaune (le seul de la soirée) pour une faute peu subtile sur Corentin Jean (58′) qui, 6 minutes plus tard, profitera d’une passe de Pi dans le dos du Sénégalais pour servir parfaitement Camus dans ce qui aurait pu finir en but pour les Troyens (64′). Tout comme son compère du soir en défense centrale, il viendra souvent intercepter les ballons sur les phases arrêtées pour créer le surnombre, malheureusement sans succès (19′, 44′).

Maxime POUNDJÉ (5/10) : Diego Contento continuant à être écarté du groupe et étant même sur le départ, c’est sans surprise que le numéro 29 marine et blanc commençait ce match en tant que défenseur gauche. Si l’opposition était relativement faible en face, il n’a – pour une fois – pas déçu sous le maillot au scapulaire ! Il aura joué 61 ballons, soit le second meilleur total du match. Maxime Poundjé a bien tenu son couloir gauche, réalisant de multiples interventions (2′, 3′, 64′) ou de bons centres (14′, 40′). Ses bonnes montées auront même provoqué deux cartons jaunes chez les Troyens,  à deux minutes d’intervalle (Darbion à la 75′ et Pereira à la 77′), le second étant le point de départ du but d’Ounas (78′). Cependant, on peut regretter un déchet encore trop important (20 ballons perdus) et une fin de match très délicate, où les Troyens sont constamment passés dans son couloir pour se créer leurs dernières occasions.

Clément CHANTÔME (5/10) : Champagne ! Si Clément Chantôme n’a pas été exceptionnel tout en n’étant pas mauvais, il n’aura surtout pas pris de carton jaune… Ce qui est à souligner tant il a tendance à perdre des balles puis à faire une grosse faute pour la récupérer quitte à prendre « la biscotte ». Il confirme cependant son rôle de plaque tournante du jeu girondin, avec 68 ballons touchés (plus gros total girondin) et 17 ballons gagnés. S’il provoquera le jaune pour Ayasse (23′), c’est aussi lui qui échauffera un peu les esprits avec un coup de coude involontaire sur Bernardoni (72′). Une prestation plutôt satisfaisante, mais nuancée par plusieurs ballons perdus dans son propre camp par manque de spontanéité.

Jaroslav PLASIL (4/10) : Après avoir démarré sa saison par 2 buts en 2 matchs, Jaroslav Plasil semble sur la pente descendante. Peu en vue lors des précédentes rencontres, le Tchèque a eu du mal à se mettre en évidence ce soir aussi. Un tir non cadré (14′) à mettre à son actif et des initiatives intéressantes (passe pour Khazri 19′, ouverture pour Crivelli 75′) bien trop rares. Trop discret dans l’organisation, notre numéro 18 n’a pas non plus brillé défensivement ne récupérant que 7 ballons et semblant souvent en difficulté sur les contre attaques de l’Estac… Pour résumer, encore un match décevant pour un joueur de son calibre.

Henri SAIVET (3/10) : De l’aveu même de Willy Sagnol, Henri Saivet « plafonne »… au vue de sa prestation, on ne peut qu’être d’accord avec lui. Positionné un peu plus haut que ces derniers temps, le Sénégalais n’a pas retrouvé ses sensations pour autant. Encore beaucoup de mauvais choix et au final une statistique terrible, puisqu’il a quasiment perdu un ballon sur 2 (52 % de passes réussies)… Notre vice capitaine nous a donné l’impression de jouer à l’envers et de ne pas du tout réussir à prendre le jeu à son compte. Bien placé il envoie sa volée du gauche hors cadre (15′), avant de passer près du but sur un coup franc dévié (23′). Un point positif avec des coups de pieds arrêtés bien travaillés dans l’ensemble, dont l’un sera le point de départ du but d’Ounas (78′), un moindre mal…

Wahbi KHAZRI (3/10) : Après son expulsion de jeudi, le public voulait retrouver un Wahbi Khazri revanchard et décisif : c’est raté ! L’homme providentiel du début de saison est totalement passé à côté de son match. Un bon décalage pour la volée de Rolan (19′), quelques prises de balle de qualité, mais c’est bien trop peu quand on connait les qualités du joueur. A l’instar de Saivet, le Tunisien a perdu un nombre très important de ballons (20) et a semblé se mettre en difficulté tout seul, ratant même des choses simples comme un contrôle (39′). Son bon début de seconde période est gâché par le déchet qu’il a eu sur coups de pieds arrêtés… Décevant c’est sous quelques sifflets qu’il cédera sa place à  Adam Ounas (67′).

Diego ROLAN (3/10) : Mais où est passé le Diego Rolan de la saison dernière ? Si son replacement récent sur l’aile droite n’a pas du l’aider tant on le sait en difficulté à ce poste-là, il n’aura pas marqué de point aujourd’hui. Il devrait sûrement souffler un peu, lui qui a enchaîné les matches depuis la Copa America en juillet dernier. Ce soir, il se sera distingué par une frappe qui aurait du aller au fond des filets, étant bien servi par Crivelli suite à une erreur de la défense troyenne (68′) ou encore par une frappe qui a sûrement tué un pigeon, après un pourtant beau mouvement (19′). Remplacé par Thomas Touré (84′) qui n’aura eu le temps de se distinguer que par un rush solitaire (90+2′) qu’il conclura par une frappe à côté, personne n’étant venu le soutenir en attaque.

Enzo CRIVELLI (4/10) : Diabaté et Kiese Thelin hors du groupe, c’est à Enzo Crivelli que revenait la tâche de mener l’attaque bordelaise face à Troyes. Comme à son habitude, notre avant-centre a mis de l’envie et de l’engagement, mais cela ne suffit pas toujours. Son apport dans cette rencontre a été un peu trop limité, puisqu’il n’aura touché que 24 ballons… soit un de moins que Guilbert sorti à la demi-heure de jeu ! Si son jeu en pivot et en remise, comme le caviar qu’il offre à Rolan (68′) a été utile, ses coéquipiers n’ont pas souvent réussi à le trouver et il n’aura pas mis en danger Bernardoni une seule fois. Trop court de la tête sur un centre de Khazri (52′) il tente une reprise désespérée … et désespérante qui finira dans les tribunes (76′).

Ce soir, on peut réellement dire que l’important, c’est les Troyes points ! C’est en effet le score que l’on retiendra et en aucun cas la manière, au sein d’une équipe bordelaise qui peine à retrouver son efficacité et même tout simplement son jeu offensif et ce même face à un adversaire supposément beaucoup plus faible (dernier de Ligue 1). Pourtant, l’équipe de Jean-Marc Furlan n’a pas démérité et aurait sûrement mérité un point au vu de leurs bons mouvements… Au contraire d’un Bordeaux dont les fébrilités restent toujours les mêmes, notamment en attaque. Crivelli déçoit en pointe, n’ayant marqué qu’un seul but depuis le début de la saison (et ce malgré son envie), tandis que Diego Rolan est à la peine. Au milieu, Saivet semble marquer le coup en faisant des matches médiocres. Les deux points positifs de la soirée sont la défense, qui a tenu bon face aux assauts de l’ESTAC, et bien évidemment la rentrée d’Adam Ounas, qui s’affirme comme un espoir du club, lui que peu connaissaient il y a encore un mois. Nul doute que le numéro 33 du soir ne devrait pas garder ce numéro bien longtemps…

La rédaction AG.

 



Publier un nouveau commentaire