Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Metz (3-0)

Le joueur AG du match :

MALCOM (8/10) : Quel joueur, quel régal ! Homme du match pour la Rédaction, Malcom a fait des étincelles sur la pelouse du Matmut Atlantique. D’un tir précis du gauche (14′), il a lancé Bordeaux vers la victoire. Virevoltant, il a donné le tournis à Assou-Ekotto. Le Camerounais va en faire des cauchemars et après avoir miraculeusement échappé au penalty (38′), il a craqué face au coup de rein de notre génie brésilien (49′). Dans tous les bons coups (29′ 42′ 46′ 89′), Malcom est passé proche d’inscrire le 4-0 à plusieurs reprises. Sa volée du gauche a manqué d’un poil de précision (56′), il s’est ensuite « gêné » avec Vada (70′), avant de voir sa jolie frappe en première intention heurter la barre (90+3′). Excellent, il n’a pas non plus tout réussi, ce qui ne devrait pas empêcher ses nombreux courtisans de lui faire les yeux doux cet été…

Les titulaires :

Cédric CARRASSO (7/10) : Sans doute le meilleur bordelais à Angers, Cédric Carrasso a de nouveau été à la hauteur ce soir. Un peu court sur le ballon en profondeur pour Diabaté en début de match (9′), il a néanmoins le mérite de gêner notre ancien attaquant. En première période, il est sauvé par sa barre sur un tir de Cohade (31′) avant de tranquillement cueillir le tir de Nguette (40′). C’est après le repos que notre gardien va faire étalage de tout son talent. Concentré, il repousse le coup franc d’Assou-Ekotto (63′), s’interpose à bout portant devant Mollet (65′) puis gagne son duel contre Nguette (77′). Bon dans les airs (4′ 45′ 62′ 66′), un peu moins au pied par moment (45+1′), il a bien mérité son clean sheet.

Youssouf SABALY (5/10) : De retour de blessure, Youssouf Sabaly n’a pas eu à trop forcer son talent face à Metz. Pourtant il n’a pas toujours su museler Opa Nguette, plutôt en jambes (40′ 44′ 65′), malgré quelques interventions importantes (5′ 20′ 48′). Offensivement, il a été fidèle à lui même, multipliant les montées. Comme depuis quelques temps, il lui a manqué un peu de précision pour réellement bien faire, puisque avec 20 ballons perdus, c’est le « pire » bordelais dans ce domaine. A côté de cela, il a délivré quelques passes très intéressantes (6′ 46′ 56′ 61′ 62′ 86′), et a trouvé le poteau de Didillon (30′), sur une action où le ballon en retrait semblait pourtant s’imposer !

Igor LEWCZUK (6/10) : Un peu en difficulté ces derniers temps, Igor Lewczuk a répondu présent en ce samedi soir. Opposé à Cheick Diabaté, il n’a pas laissé beaucoup d’espace à notre ancien attaquant. Dans les airs, le Polonais n’a laissé que des miettes à son vis à vis, imposant son timing parfait (8′ 15′ 26′ 27′ 29′ 47′ 55′) et s’est également montré très vigilent au sol (82′ 90+1′), même s’il a été pris à défaut en début de rencontre (9′). Appliqué dans la relance (6 ballons perdus), il n’a pas pris beaucoup de risques et s’est montré propre, même s’il aurait pu concéder un penalty sur un dégagement raté (71′).

Nicolas PALLOIS (5/10) : Suspendu à Nice, Nicolas Pallois retrouvait le championnat à l’occasion de ce Bordeaux-Metz. Solide, notre gaucher a été présent dans les duels et réalisé plusieurs interventions (26′ 58′ 68′ 70′) pour annihiler les attaques messines. Avec 18 ballons gagnés, il est le meilleur défenseur dans ce domaine, grâce notamment à sa rapidité. Si défensivement il a donc fait le travail, dans la relance et la transmission ce fût proche d’être catastrophique. Des dégagements dévissés en début de match (2′ 3′), un ballon chaud perdu sur l’occasion de Cohade (31′), des transversales ratées, des montées maladroites… bref, un véritable florilège de petites erreurs, au final sans conséquence.

Diego CONTENTO (6/10) : Il est là et bien là Diego Contento ! Depuis son retour au premier plan, il est même plutôt convaincant et cela s’est confirmé face à Metz. Défensivement, notre latéral gauche a rarement été pris à défaut, si ce n’est sur un bon numéro de Jouffre (70′). Appliqué et incisif dans ses interventions (31′ 41′ 65′ 66′ 74′ 79′), il a également beaucoup participé au jeu, touchant un total de 64 ballons. Il peut encore mieux faire quand il est dans le camp adverse, mais un bon centre sur l’occasion de Laborde (17′), une belle montée conclue par un tir du droit (82′) et quelques ballons en profondeur très intéressants (31′ 32′), sont notamment à mettre à son actif.

Jérémy TOULALAN (7/10) Quelle montée en puissance ! S’il a eu du mal à rentrer dans ce match, Jérémy Toulalan a été un véritable diesel qui a fini par rouler sur le milieu de terrain lorrain. Averti très tôt dans la rencontre (11′), notre capitaine a semblé un peu à la peine durant 20 minutes. Imprécis, inefficace, il a timidement démarré… jusqu’à un gros choc aérien avec Mandjeck (26′). Revenu avec une bande magnifique sur la tête, il a dès lors semblé métamorphosé. Notre numéro 14 s’est mis à aimanter tous les ballons, surtout en seconde période (34′ 40′ 56′ 57′ 59′ 63′ 70′ 73′ 81′ 89′). Bien placé, il a coupé bon nombre de trajectoires pour devenir, comme souvent le meilleur dans la récupération (18 ballons gagnés), dégoûtant à lui tout seul l’entrejeu du FC Metz. Un retour en forme qui fait du bien, tant il est indispensable à cette équipe.

Valentin VADA (7/10) : Oui, c’est lui le garçon qui n’arrivait pas à débloquer son compteur buts sous le maillot bordelais ! Depuis qu’il a trouvé le chemin des filets pour la première fois en Janvier, Valentin Vada ne s’arrête plus ! Tireur de penalty il a fait le break (50′), avant de profiter d’une offrande de Laborde (52′) pour inscrire le premier doublé de sa carrière et porter son total à 6 réalisations. Passeur décisif sur l’ouverture du score (14′), il est donc impliqué sur tous les buts ! Une statistique impressionnante, à peine nuancée par son occasion ratée (20′) ou le ballon qu’il « vole » sur le numéro de Malcom (70′). Très précis dans ses passes (88% réussies), il a alterné le bon et le moins bon dans ses coups de pieds arrêtés et a peu récupéré le cuir (7 ballons gagnés). Véritable meneur de jeu « reculé » pour cette équipe, il est sorti sous les applaudissements mérités, pour céder sa place à Jaroslav Plasil (80′).

Younousse SANKHARÉ (5/10) Buteur à Angers, Younousse Sankharé a sans doute été le moins bon des 3 milieux, sans pour autant avoir été mauvais ! Averti très rapidement (7′) pour sa seule faute du match, il a joué avec cette menace au dessus de la tête, mais n’en n’a pas oublier de défendre malgré tout. Dans la conquête du ballon, l’ancien Lillois ne s’est pas caché (45+1′ 54′ 81′ 89′), même si lui aussi a eu du mal à rentrer dans la rencontre. Un peu trop imprécis dans son jeu de passes (15 ballons perdus), il a tenté de se projeter dans la surface, mais a placé une tête trop peu puissante pour être décisive (45+2′), avant d’offrir une belle remise pour Malcom (56′). Même quand il est un peu moins bon, il est nettement au dessus du joueur qu’il remplace et qui fait actuellement le bonheur (ou pas) de Marseille…

Gaetan LABORDE (6/10) : Envie, détermination, courage… voilà autant de mots qui définissent Gaëtan Laborde. Magnifique buteur à Nice, il n’a pas trouvé le chemin des filets contre Metz, malgré un match réussi. Passeur décisif pour Valentin Vada (52′), il va gratter ce ballon dans les pieds de Diagne, tout un symbole, pour un attaquant qui aime aller au combat (11′ 18′ 48′ 54′ 64′). Sans un grand Didillon (17′), il aurait de nouveau marqué, ce qu’il aurait aussi pu faire sur un amour de ballon donné par Malcom (42′). Altruiste (45+2′ 70′), notre numéro 24 s’est ce soir mis au service du collectif, jouant en véritable remiseur, il a été un point d’ancrage indispensable à ses coéquipiers, comme sur le but de Malcom (14′). Lui aussi ovationné, il a été remplacé par Diego Rolan (83′).

François KAMANO (6/10) : Terriblement maladroit à Nice, François Kamano a, ce soir, manqué de chance. Son somptueux enroulé du droit aurait mérité de trouver la lucarne, mais il est venu mourir sur l’arête du but de Didillon (30′). Dans le coup sur l’ouverture du score (14′), il a réalisé quelques bonnes actions, comme ce bon service pour Vada (21′) ou le pressing qu’il initie sur le 3-0 (52′). Impliqué défensivement, il lui a manqué un peu de jus pour réellement faire la différence. Plus discret que Malcom, il est tout de même à créditer d’une bonne partie. Adam Ounas est venu prendre sa place (75′).

Les remplaçants :

Adam OUNAS (=) : Quelques dribbles, parfois de trop (89′), une belle chevauchée sur l’occasion de Malcom (90+2′) et un coup de coude reçu qui a coûté le rouge à Assou-Ekotto (90+3′). Une entrée plus remarquée que réellement remarquable.

Jaroslav PLASIL (=) : Venu remplacer Valentin Vada, le Tchèque est rentré sans encombre dans ce match. A noter un très bon ballon dans le dos de la défense sur l’occasion de Rolan (90+2′)

Diego ROLAN (=) : Dix minutes actives pour Diego Rolan, même si on pourra regretter qu’il n’ait pas eu le geste juste devant Didillon (90+2′), ou les quelques centimètres de précision manquants sur son coup franc (90+4′).

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (6/10) : S’il s’est sans doute trompé en faisant tourner à Angers en Coupe, Jocelyn Gourvennec avait décidé de reconduire son équipe type, avec la « KLM » en attaque ce soir face à Metz. Bien lui en a pris puisque les Girondins se sont logiquement imposés (3-0). La titularisation de Lewczuk plutôt que Jovanovic est également un choix judicieux pour ce match, le Polonais ayant muselé Diabaté. Rien de novateur dans son coaching, qui relève de l’habituel (Plasil pour Vada surtout), mais puisque cela fonctionne, il n’y a rien à redire !

La Rédaction




Laisser un commentaire