Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Metz (2-0)

Le joueur AG du match :

MALCOM (7/10) : Ah s’il avait mis ce but sur le dernier contre où il a tout fait (90+1′)… Evidemment à 2-0, c’est moins grave de gâcher une opportunité comme celle-ci, mais cela prouve qu’il a encore des progrès à faire, malgré sa très belle partie ! Elu homme du match par la Rédaction, Malcom a une nouvelle fois été le détonateur numéro 1 du jeu bordelais. En première période, il est l’auteur d’une superbe ouverture pour Kamano (7′) et de plusieurs grosses accélérations (26′ 45+1′). Comme en Avril dernier, il a martyrisé le pauvre Assou-Ekotto. Le Camerounais a eu beau le découper (45+2′), il n’a pas pu arrêté notre numéro 7, décisif et auteur d’un caviar XXL sur le but de Sankharé (64′). Excellent dans ses changements de rythme et quand il a dé-zoné, il a également parfaitement combiné avec Youssouf Sabaly. Auteur d’une belle frappe du droit sorti par Didillon (73′), Malcom nous a fait plaisir, et cela ne va sans doute pas calmer les gros clubs qui le suivent.

Les titulaires :

Benoît COSTIL (6/10) : Quatrième match officiel et premier « clean sheet » pour Benoit Costil ! Il faut dire que notre gardien a passé une soirée relativement tranquille sur la pelouse du Matmut Atlantique. Il a fait le travail en se couchant bien sur le tir de Nguette (62′), sur la seule tentative réellement dangereuse des Messins. Tout heureux de voir la tête de Bisevac finir hors cadre (43′), il a réussi à s’interposer sans difficulté dans les airs (41′ 52′). Mine de rien, il a touché plus de ballons que Kamano ou Mendy (33), ses partenaires n’hésitant pas à solliciter son jeu au pied très appliqué.

Youssouf SABALY (6/10) : Il est de retour ! Très décevant depuis le début de saison, Youssouf Sabaly a retrouvé un niveau beaucoup plus conforme à son talent face à Metz. Bien aidé par la timidité lorraine, il a très bien tenu son couloir (22′ 33′ 39′ 65′), gagnant au total pas moins de 19 ballons. Presque jamais inquiété, il a été déposé une seule fois… mais cela lui a valu un carton jaune (55′). Offensivement, sa relation avec Malcom a (enfin) de nouveau marché ! L’ancien Parisien est beaucoup monté et s’est parfaitement entendu avec le Brésilien. A son actif de nombreux centres (19′ 50′ 58′ 69′) souvent dangereux, même s’il a manqué d’un poil de précision pour réellement s’avérer décisif.

Vukasin JOVANOVIC (6/10) Point noir des derniers matchs girondins, la défense centrale s’est montrée nettement plus solide ce soir, à l’image de Vukasin Jovanovic. Préféré à Igor Lewczuk, le Serbe a gagné beaucoup de duels, grâce à sa puissance physique (6′ 20′ 29′ 42′ 50′ 60′ 83′ 86′), dans les airs comme au sol. Concentré, il n’a pas fait d’erreurs de marquage, et n’a pas commis la moindre faute. Pris par Nguette (62′) sur sa seule opportunité, l’ex joueur du Zénith n’a pas douté. Absolument pas en réussite dans ses relances dans le premier quart d’heure, il a ensuite réglé la mire (93 % de passes réussies).

Jérémy TOULALAN (6/10) : Comme son partenaire de la défense centrale, Jérémy Toulalan a réalisé un match très sérieux. Souvent opposé à Nolan Roux, il a bien muselé l’ancien Stéphanois, réalisant lui aussi beaucoup d’interventions (35′ 40′ 41′ 58′ 63′ 75′), dont une salvatrice sur un contre Messin (29′). Plus appliqué que les dernières semaines dans sa relance, il a toujours chercher la meilleure solution, n’abusant pas du jeu long. Une prestation solide donc si on excepte ses deux fautes concédées aux abords de la surface (1′ 42′).

Théo PELLENARD (5/10) : De nouveau titulaire sur le flanc gauche de la défense, Théo Pellenard n’a lui non plus pas eu beaucoup à se démener ce soir. Opposé à des Messins trop « tendres », notre jeune latéral a assuré l’essentiel derrière (15′ 73′ 77′ 89′), gagnant 10 ballons. On notera tout de même que les plus grosses opportunités des Grenats sont venus de son côté (29′ 52′). Offensivement, il a beaucoup pris son couloir, donnant un excellent ballon à Kamano (47′), et tentant 6 centres. Si certains ont été plutôt appliqués (17′ 27′ 72′), il doit encore progresser dans ce domaine, à l’image d’une action totalement gâchée (32′).

Lukas LERAGER (7/10) En attendant que Otavio soit lancé dans le grand bain, Lukas Lerager occupait la place de sentinelle en ce samedi soir, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a parfaitement rempli son rôle. Si c’est le seul milieu de terrain à ne pas avoir marqué, c’est sans doute celui qui a été le plus en vue. Omniprésent à la récupération (3′ 20′ 22′ 23′ 34′ 39′ 45+1′ 47′ 55′ 74′ 76′ 89′), il a mangé l’entre-jeu adversaire à lui tout seul, gagnant un nombre impressionnant de ballons : 25. Le Danois n’hésite pas à aller au duel et en sort souvent vainqueur, malgré un total de 6 fautes commises, c’est d’ailleurs un petit miracle qu’il s’en sorte sans carton. Offensivement, il a réalisé plusieurs ouvertures de toute beauté (10′ 75′), mais a été nettement moins inspiré devant le but. Trop hésitant (34′) avant le repos, il a tenté sa chance sans conviction ensuite (58′)… Un tout petit bémol qui ne vient pas gâcher son gros match.

Valentin VADA (6/10) Après une première période très moyenne, Valentin Vada nous a sorti une belle épine du pied, en ouvrant le score d’une frappe limpide (44′). S’il avait réussi à gratter plusieurs ballons (6′ 19′ 38′), l’Argentin n’était pas en réussite jusqu’à son but, se montrant même imprécis par moment (19′). En seconde période, il a semblé plus libéré, a beaucoup pressé (48′) et s’est positionné beaucoup plus haut et a permis à Bordeaux de poser encore plus le pied sur le ballon. Très bon, il a servi de relais à Malcom ou Sabaly (64′ 65′). Un peu moins en réussite dans ses coups de pieds arrêtés (54′), il a cédé sa place à Jaroslav Plasil (80′), pour un changement « classique », ce qui ne l’empêche pas de terminer avec un nombre de ballons joués (64) supérieur aux autres milieux.

Younousse SANKHARÉ (6/10) : Tremble Cavani ! 4ème but en 4 matchs pour Younousse Sankharé qui soigne ses statistiques assez exceptionnelles ! Même quand il est moyen dans le jeu comme ce soir, notre numéro 13 trouve le moyen de faire trembler les filets. Si le travail de Malcom sur son but est exceptionnel (64′), il est encore là au bon moment pour pousser la balle au fond. Très discret jusqu’à l’ouverture du score, il s’est lâché en fin de première période, offrant un bon ballon à Kamano (45′) avant de réaliser un numéro technique de toute beauté (45+1′). Un peu plus à l’aise après le repos, il n’a pas eu une influence énorme, malgré un impact plus intéressant à la récupération (9 ballons gagnés). L’ancien Lillois n’a pas pris beaucoup de risques, mais s’est montré très appliqué (89 % de passes réussies).

Alexandre MENDY (5/10) : Préféré à Gaëtan Laborde, Alexandre Mendy n’a cette fois-ci pas marqué. Intéressant par sa volonté et son jeu de corps, il a passé la plupart de son temps à jouer dos au but et de servir de point d’appui, avec plus ou moins de réussite. On ne peut pas lui faire beaucoup de reproches sur le match de ce soir, si ce n’est de ne pas avoir le talent suffisant pour faire la différence tout seul ! Peu dangereux, l’ancien Guingampais aurait pu faire changer la face de sa rencontre si son ciseau retourné n’avait pas été détourné par Didillon (76′). Il bouge beaucoup, mais ne sent pas forcément le jeu à la perfection, que ce soit dans ses appels ou pour couper les centres. Gaëtan Laborde a pris sa place pour les dernières minutes (84′).

François KAMANO (5/10) : Titulaire sur le flanc gauche de l’attaque girondine, François Kamano est resté sur ce qu’il a fait depuis le début de saison ! Vif, brouillon… mais décisif ! C’est sa passe parfaite (44′) qui amène le but de Valentin Vada. Dans une première période fade, c’est lui qui a le plus tenté sa chance (14′ 45+1′), ce qui vient ré-hausser une prestation une nouvelle fois en demi-teinte. Evidemment, il a les jambes et est capable d’éliminer ses vis à vis avec facilité, mais il a une tendance excessivement agaçante à trop en faire (22′ 64′). Auteur d’un bon débordement mais d’un centre imprécis (47′), l’ancien Bastiais va devoir se montrer encore plus tranchant s’il veut garder sa place face à la concurrence du joueur entré à sa place : Jonathan Cafu (65′).

Les remplaçants :

Jonathan CAFU (+) : Attention, talent en vue ! Sur la petite demi-heure passée sur le terrain, Jonathan Cafu nous a déjà régalé ! Sans temps d’observation, il est parfaitement rentré dans le match, faisant parler sa savoureuse technique (71′ 74′ 77′ 87′). Auteur d’un tir cadré à angle fermé (74′), le Brésilien n’a pas hésité à dézoner pour proposer des solutions. Hormis un contre mal joué avec Laborde (86′), que reprocher à notre nouvelle recrue ? Il est évidemment encore tôt pour juger, mais c’est très prometteur.

Jaroslav PLASIL (=) : Entré une fois le score acquis, le Tchèque n’a pas eu à forcer son talent pour se mettre au niveau ce soir. C’est lui qui lance Malcom d’une superbe passe sur la dernière occasion du match (90+1′)

Gaëtan LABORDE (=) : Peu de temps de jeu, mais une bonne frappe repoussée par Thomas Didillon (87′).

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (5/10) : Jocelyn Gourvennec avait décidé de conserver le même 11 de départ que face à Angers. Malgré le recrutement des deux Brésiliens (Otavio et Cafu), notre entraîneur a préféré ne pas les aligner directement, et n’a fait rentrer que le second. Laisser Lukas Lerager en poste de sentinelle lui a donné raison, malgré la première période plus que poussive de sa formation. Le Breton a également maintenu sa confiance à Alexandre Mendy en pointe et n’a pas fait de révolutions dans son coaching.

La Rédaction




Laisser un commentaire