Lamine Sané / Gazélec Ajaccio

Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Gazelec (1-1).

Le joueur AG du match :

Diego CONTENTO (7/10)Sans doute le plus mauvais à Reims, Diego Contento a été, pour la Rédaction, le meilleur bordelais face au Gazelec. Plus que friable à Delaune, notre latéral gauche a tout simplement été infranchissable ce samedi soir. Beaucoup d’interventions parfaites à mettre à son actif (27′ 57′ 60′ 61′ 74′), un tacle maîtrisé dans la surface (67′), et il se distingue surtout par un retour salvateur sur Boutaib, lancé seul au but (84′). Une prestation défensive très solide donc pour l’ancien joueur du Bayern. Offensivement, il est monté par intermittence, mais aura notamment réalisé un centre idéal pour la tête de Diabaté, sur l’occasion sauvée sur sa ligne par Coeff (36′). Autoritaire, sobre et inspiré, dommage qu’il ne soit pas plus régulier…

L’équipe :

Paul BERNARDONI (4/10) : Au chômage technique ou presque, et pourtant il prend encore un but. Difficile évidemment de lui reprocher quoi que ce soit sur le tir de Larbi, puisque la déviation de Guilbert l’empêche d’intervenir (89′). Avant cela, il avait juste eu à capter deux ballons simples (47′ 84′), mais il s’est surtout montré maladroit dans son jeu au pied. Ce n’est pas la première fois que ce défaut saute aux yeux et là encore, il a pêché dans ce domaine (21′ 53′)… Comme il n’a pas eu grand chose à faire à côté, c’est un peu embêtant…

Frédéric GUILBERT (5/10) : De retour dans le couloir droit de la défense, Frédéric Guilbert a réalisé un match sans éclat, mais plutôt correct. Moins impressionnant défensivement que son pendant, Diego Contento, notre jeune défenseur a été vigilant lorsque les Ajacciens ont tenté de prendre son couloir (32′ 49′). Au final, il n’a réellement été débordé qu’une fois, sur une montée de Sylla (25′). Malgré tout il n’a pas tout bien fait, perdant un ballon « chaud » (7′), ou se faisant contrer dans une relance (19′). Plus maladroit que d’habitude il est le girondin à avoir perdu le plus de ballons, et n’a jamais réussi à convertir ses montées en bons centres (20′ 53′ 73′), malgré sa bonne volonté.

Lamine SANÉ (5/10) : Titulaire malgré le désamour (logique) d’une grande partie du public, Lamine Sané n’a pas grand chose à se reprocher après ce match. Certes, il n’est pas impérial sur le but corse (89′), n’arrivant pas à intervenir, tout comme Pablo, mais il serait malhonnête de lui faire porter le chapeau. Peu inquiété par des attaquants discrets, le Sénégalais n’a pas eu à s’employer, et a plutôt bien écarté le danger, de la tête notamment (11′ 45′ 58′). Pas toujours précis dans ses interventions, il a logiquement été averti (63′). On notera aussi que c’est lui qui réalise un joli numéro sur le côté droit, sur l’action qui amène le penalty sur Diabaté (38′). 

PABLO (6/10) : Pour sa première titularisation de l’année, Pablo n’a pas déçu ! Les chiffres parlent en faveur de notre défenseur, véritable aimant à ballons, puisqu’il en a récupéré 23, le meilleur total du match. Sévèrement averti en début de rencontre (9′), le Brésilien n’a pas joué avec le frein à main et s’est montré impérial dans le domaine aérien (1′ 2′ 23′ 56′ 80′), mais aussi efficace dans ses interventions dans les pieds (43′ 84′). Malheureusement, lui non plus ne peut pas empêcher le but du Gazelec, ce qui vient légèrement noircir sa bonne prestation d’ensemble. Si son physique le laisse tranquille, voilà un retour qui devrait faire du bien !

Abdou TRAORÉ (5/10) : Positionné en sentinelle, Abdou Traoré a alterné le moyen, et le bon, voir même très bon. Très discret en début de rencontre, le Malien est monté en puissance après la demi-heure de jeu, avant de retomber un peu dans l’anonymat dans les 20 dernières minutes. Pendant son temps fort, il a brillé à la récupération (27′ 44′ 45′ 49′ 57′), et aura au final gagné pas moins de 20 ballons. Précis dans ses transmissions (85 % de passes réussies), il a malheureusement souvent ralenti le jeu et a eu du mal à donner le tempo. C’est dommage car il a les capacités pour le faire, nous l’avons vu sur son ouverture pour Diabaté (49′) ou sur sa belle passe en profondeur pour Guilbert (55′). Une inconstance qui laisse un goût d’inachevé… Remplacé pour les dernières secondes par Adam Ounas (90′), rentré trop tardivement pour faire la différence.

Valentin VADA (6/10) : Incontournable en l’absence de Jaroslav Plasil, Valentin Vada a sans doute été le meilleur milieu bordelais face à Ajaccio. Sans cesse en mouvement, l’Argentin a souvent pris le jeu à son compte, même s’il n’était pas le meneur de jeu « attitré » du jour. Avec 66 ballons touchés, il est celui qui a eu le plus de fois le cuir entre ses pieds, et s’il ne l’a pas toujours parfaitement utilisé, il a initié les rares mouvements intéressants de la partie (5′ 23′ 36′ 72′ 79′). Dangereux sur ses coups de pieds arrêtés, notamment sur un coup franc bien déposé sur la tête de Sané (23′), il a en revanche eu moins de réussite sur ses frappes. Il a allumé le Virage Sud (40′) avant de faire trembler les filets extérieurs (73′) puis d’être contré dans la surface (79′). Défensivement, il a fait les efforts nécessaires (25′ 27′ 70′), même si ce fût parfois désordonné. Fatigué, il a cédé sa place à Malcom (83′). Le Brésilien s’est signalé par un grand pont magnifique, gâché par un centre imprécis (84′), et aussi par le fait d’avoir été trop loin du centreur, sur le but de l’égalisation (89′).

Clément CHANTÔME (3/10) : En fin de contrat en Juin, Clément Chantôme souhaiterait rester en Gironde… Si l’on a rien contre lui, ce n’est pas son match face à Ajaccio qui va plaider en ce sens. Quelques récupérations bien senties (40′ 66′), mais rien de transcendant dans la rencontre de l’ancien Parisien. Un cran plus haut que ces derniers temps, il n’a pas su peser dans la rencontre, et a perdu plus de ballons qu’il n’en a gagné (12 contre 9). Maladroit dans ses interventions (4 fautes commises), il l’a systématiquement été également quand il pouvait venir prêter mains fortes aux joueurs offensifs (22′ 66′) Au contraire de Valentin Vada, il n’aura rien apporté offensivement. Une nouvelle prestation décevante pour notre numéro 11 au final. 

JUSSIÊ (3/10) : On ne l’attendait pas titulaire… et la surprise du « chef » a vraiment manqué de saveur ce soir. Meneur sur le papier, souvent absent sur le terrain. Jussiê a déçu, n’arrivant presque jamais à prendre le jeu à son compte. Quelques prises de balle qui rappellent sa technique, mais surtout des percées inabouties. A chaque fois qu’il tentait d’aller vers l’avant, le Brésilien finissait sa course dans le gazon. Rarement trouvé (23 ballons touchés), il n’a absolument pas pesé sur les débats et a été remplacé par Mauro Arambarri (64′). Comment ? Comment a-t-il fait pour ne pas marquer le but du break et de la victoire définitive ? En loupant le cadre de près alors qu’il avait fait le plus dur (79′), l’Uruguayen a totalement gâché une entrée pourtant pas inintéressante sur le fond… mais au final, son raté coûte cher…

Diego ROLAN (4/10) : Encore une fois capitaine, et encore une fois décevant ! Nous restons sur notre faim après le match de Diego Rolan. Capable de fulgurances (14′ 18′), l’Uruguayen est également dans le coup sur le penalty obtenu, puisque c’est lui qui dévie pour Diabaté (38′). De bonnes séquences qui restent trop légères si on les compare au reste. Notre numéro 9 n’a pas cadré une seule de ses deux tentatives, si la première était compliquée (18′), il y avait sans doute mieux à faire sur celle venant de l’ouverture de Diabaté (49′). Des échanges intéressants, avec Vada notamment, mais une tendance à vouloir en faire un peu trop par moment (21′ 82′), alors qu’il est tellement plus important en jouant plus simplement…

Cheick DIABATÉ (5/10) : En convertissant le penalty qu’il avait lui même obtenu (39′), Cheick Diabaté a inscrit son 7ème but de la saison. Une réalisation qui aurait pu arriver quelques minutes auparavant, sans le sauvetage de Coeff (36′). Par la suite, le Malien n’a plus eu aucune opportunité à se mettre sous la dent, parfois mal servi (53′), parfois maladroit pour réussir un simple contrôle (51′) ou parfois mal placé (90′). Diabaté a livré une belle bataille à la défense corse, souvent obligée de l’arrêter illicitement (5 fautes subies). Hormis une bonne passe pour Rolan (49′), il a en revanche eu beaucoup de difficulté à participer au jeu et ses décrochages ont souvent plus ralenti les actions qu’autre chose…

Une déception de plus à mettre dans notre grande collection de la saison 2015-2016 ! Même en menant 1-0, Bordeaux a été incapable de battre le Gazelec d’Ajaccio (18ème)… Point faible habituel, la défense n’a pas été ridicule, bien au contraire, à l’image d’un Diego Contento impérial. En revanche, c’est l’efficacité offensive qui était totalement absente… et avec elle la cohérence de Willy Sagnol. Notre entraîneur enchaîne les résultats déplorables, les compositions foireuses, les coachings incompréhensibles, en toute impunité… Quel job de rêve, coach à Bordeaux ! Prochaine rencontre, samedi prochain pour le derby de la Garonne, et l’occasion offerte à Toulouse de se relancer. Allez Bordeaux !

La rédaction AG



Publier un nouveau commentaire

  • Yvon

    A quand le retour de Nicolas PALLOIS ?

  • Paul le Poulpe

    Lâchez-le, à Sané ! Vous êtes vraiment lourds !

    • Ando

      On lui a fait quoi ? On l’a noté objectivement comme tous les autres

  • benbecker

    Et la note de SAGNOL ? 0/10 !