Retrouvez les notes de la rédaction d’ActuGirondins après le match Bordeaux-Nice (0-0)

Le joueur AG du match :

Jérôme PRIOR (6/10) : Après avoir pris 8 buts lors des deux derniers matchs de Ligue 1, Jérôme Prior a, cette fois-ci, gardé sa cage inviolée. S’il a pu compter sur la maladresse des Niçois par moment (20′ 35′ 37′), notre gardien a également parfaitement fait son travail. Il sort notamment une parade décisive devant Balotelli (76′) et a su s’interposer sur les tentatives de Cyprien (6′), Belhanda (72′) ou de l’attaquant italien (42′). Concentré et appliqué dans les airs comme au pied, Jérôme Prior termine donc l’année sur une note positive et est élu homme du match par la Rédaction.

Les titulaires :

Milan GAJIC (5/10) : Calamiteux samedi à Montpellier, Milan Gajic a relevé la tête face au Champion d’automne ! Si sa prestation n’a pas été parfaite, le Serbe a bien compensé l’absence de Sabaly sur cette rencontre. Défensivement, sans être exceptionnel, il s’est signalé par quelques interventions intéressantes (10′ 19′ 45+1′ 73′), mais a aussi du commettre quelques fautes quand il s’est retrouvé pris à défaut. Offensivement, notre latéral droit a souvent été timide, même s’il a adressé un bon centre avant le repos (37′) et qu’il a réussi quelques belles combinaisons après la pause, donnant notamment un excellent ballon sur l’occasion de Rolan (78′). Quelques imprécisions dans ses ouvertures viennent néanmoins gâcher son ensemble, qui reste prometteur.

Igor LEWCZUK (6/10) : Le moins mauvais de nos défenseurs à la Mosson a sans doute encore été le meilleur ce soir ! La tâche d’Igor Lewczuk n’était pourtant pas simple, tant Balotelli et Plea sont venus tour à tour lui poser des problèmes. L’Italien a notamment réussi à l’éliminer d’un superbe sombrero (14′) sur une belle action. Sur les 90′ pourtant, notre défenseur s’en est très bien tiré, faisant notamment parler son sens du placement et un jeu aérien de qualité (7′ 26′ 49′ 67′ 71′). Auteur d’une faute inutile (45+1′), il finira par faire craquer Balotelli en fin de match, provoquant l’expulsion de l’Aiglon (90+2′). Le Polonais aurait également pu se muer en buteur sur corner (34′) avec un peu plus de précision…

Grégory SERTIC (5/10) : Avant de (peut-être) s’envoler pour les Etats-Unis, Grégory Sertic retrouvait une place de titulaire en défense centrale lors de ce Bordeaux-Nice. Dans l’ensemble, notre numéro 27 a livré une partie sérieuse et appliquée, comme en témoigne son nombre de ballons gagnés (15). Il est notamment venu prêter mains fortes à Lewczuk d’un tacle maîtrisé (15′) et a réalisé quelques interventions plus que bienvenues (40′ 81′ 85′). Malgré tout, il a totalement paniqué sur le cafouillage en première période (22′), a été également trop facilement éliminé sur les deux grosses actions de Plea (35′ 37′) et n’a pas su prendre Balotelli sur son face à face devant Prior (76′). A noter également une application remarquable dans la relance, même dans son jeu long (94% de passes réussies).

Théo PELLENARD (4/10) : Quand on arrive après les prestations XXL de Diego Contento, on ne peut qu’être meilleur ! Cela a évidemment été le cas pour Théo Pellenard, plus à l’aise que l’Allemand, mais loin d’être irréprochable malgré tout. En première mi-temps, notre jeune latéral gauche a notamment eu un mal fou à se situer, se faisant trop facilement aspirer sur certaines offensives niçoises (8′ 20′ 37′). Volontaire, il a rectifié le coche par la suite (39′ 43′ 67′), aidé par une attaque adverse de plus en plus timide. La timidité c’est également un mot qui pourrait lui correspondre d’un point de vue offensif ! Hormis un centre sur lequel Cardinale s’est manqué (45′), il n’a jamais été dangereux, son imprécision gâchant trop d’actions (18 ballons perdus).

Jérémy TOULALAN (6/10) Forfait à Montpellier, Jérémy Toulalan a retrouvé sa place ce mercredi soir et avec réussite ! Même s’il est passé proche de la correctionnelle en première période (averti 30′ puis auteur d’une faute grossière 40′), l’ancien Lyonnais a été précieux dans l’entre-jeu. Placé en sentinelle, il a eu un abattage important, gagnant 19 ballons, notamment grâce à un placement très intelligent (29′ 43′ 67′ 68′). S’il a fini plus difficilement la rencontre, il s’est également signalé par un apport offensif supérieur à son habitude. Deux tentatives contrées (47′ 52′) à mettre à son actif et quelques percées réussies également. Evidemment quand les milieux niçois ont accéléré par séquence, ce fût un peu plus laborieux…

Jaroslav PLASIL (5/10) : Notre capitaine voulait faire honneur au maillot… dans les intentions cela a été le cas, mais moins dans la réalisation ! Souvent au sol, Jaroslav Plasil a alterné le bon et le moins bon dans le coeur du jeu. Le Tchèque a tout de même initié quelques actions intéressantes (27′ 67′), mais il n’a pas toujours fait les bons choix balle au pied. Sans doute pas au top physiquement il n’a touché que 42 fois le cuir, presque 2 fois moins que Valentin Vada… Dans la surface il n’y a sans doute pas assez cru sur le raté de Cardinale (45′) et a manqué de reprendre un corner de Malcom (50′).

Valentin VADA (6/10) : Dernier membre du trident au milieu, Valentin Vada a clairement pris le jeu à son compte ce soir. L’Argentin n’a pas cessé de bouger et de se rendre disponible, touchant pas moins de 81 ballons. Auteur de quelques décalages qui auraient mérité un meilleur sort (27′ 50′ 82′), il a aussi manqué de précision par moment, perdant 15 fois le ballon, dont un chaud devant Belhanda (72′). Actif avec le cuir, notre jeune milieu l’a également été pour aller le récupérer. Pas toujours en réussite, il n’a pas démérité défensivement, venant contrecarrer plusieurs offensives niçoises (4′ 17′ 60′). Un dernier match plutôt réussi pour lui !

MALCOM (4/10) : Les matchs se suivent et se ressemblent presque pour Malcom, toujours sevré de but depuis le mois de Septembre. S’il avait été décisif en Coupe face à Nice, il n’a pas récidivé en championnat, gâchant notamment une énorme opportunité après une frappe de Rolan repoussée par le gardien (27′). Placé sur l’aile droite de l’attaque bordelaise, le Brésilien a placé quelques accélérations qui ont fait mal aux Aiglons (28′ 30′ 33′ 47′). Malgré tout, il continue évidemment de nous laisser sur notre faim, malgré un amour de contrôle (74′), il est clairement capable de faire mieux, de peser plus et surtout de prendre de meilleures décisions. Clairement pas le meilleur ce soir, à l’image d’un coup franc mal tiré (25′), il cédera sa place à François Kamano (80′).

Gaetan LABORDE (6/10) : Lui non plus n’a pas su « copier » son doublé réalisé en Coupe de la Ligue, mais Gaëtan Laborde peut-être satisfait de son match. L’avant-centre girondin s’est battu de la première à la dernière minute et a vraiment tout donner sur le terrain (50′ 65′). Une débauche d’énergie intéressante qui aurait pu être sublimée par un but, mais il a totalement manqué sa tête (73′) avant d’obliger Benitez à sortir sa frappe croisée (82′). Son jeu de corps et ses courses ont beaucoup gêné les défenseurs niçois tout au long de la rencontre. Avec un peu plus de précision (30′ 33′) ou un peu moins de précipitation, il aurait pu apporter encore un peu plus, mais il est clairement l’une des rares satisfactions de cette fin d’année !

Diego ROLAN (4/10) : Si sa madjer n’était pas venue finir sa course sur le poteau (55′), Diego Rolan aurait sans doute été l’homme de cette rencontre. Malheureusement, en plus de ce manque de réussite, l’Uruguayen a manqué de conviction sur certaines actions et n’a pas su concrétiser ses autres occasions (27′), envoyant notamment une frappe au dessus du but alors qu’il était bien placé (78′). Dans le jeu, notre numéro 9 s’est montré par intermittence et a eu du mal à réellement faire la différence dans son couloir gauche. Pas toujours précis dans son jeu de passe (10′ 62′) ou dans ses contrôles (11′), il a pourtant eu la bonne attitude, s’attelant même à ses tâches défensives…

Les remplaçants :

François KAMANO (+) : Vif, inspiré… mais imprécis : voilà comment on pourrait résumer l’entrée de François Kamano. L’ancien Bastiais n’a passé qu’une dizaine de minutes sur le terrain, mais on a vu que lui ou presque durant ce laps de temps. Il a fait mal aux défenseurs niçois, provoqué le rouge de Belhanda (90+3′), dommage qu’il n’ait pas eu le dernier geste juste !

L’entraîneur :

Jocelyn GOURVENNEC (5/10) : Pour sa dernière de l’année sur le banc, Jocelyn Gourvennec a réservé une composition d’équipe sans surprise, mais totalement cohérente. Compte tenu des absences et de l’état de forme actuelle, il a sans doute fait les choix qu’il fallait. En revanche, l’entrée de François Kamano est sans doute trop tardive et un peu de sang frais en fin de rencontre n’aurait pas fait de mal, même si les joueurs ont réalisé une seconde mi temps aboutie.

La rédaction AG




Laisser un commentaire