Inévitablement, que ce soit la Coupe du Monde, le championnat d’Europe ou autres grandes compétitions de football, le problème de l’arbitrage vidéo revient sur le tapis.

L’Euro n’est pas encore terminé mais déjà une grosse erreur d’arbitrage lors du match Angleterre-Ukraine aurait pu faire basculer la rencontre et éliminer la France des quarts de finale. Je ne vais pas remonter dans le temps mais des erreurs énormes d’arbitrage ont eu lieu devant des millions de téléspectateurs.

Le rugby montre l’exemple lorsqu’un essai est discutable dans un empilage de joueurs ou dans une phase de jeu confuse. L’arbitre se sert de la vidéo comme outil de décision pour valider l’essai. A priori cela fonctionne très bien. La décision prise ne prête pas à polémique ni discussion alors pourquoi pas au football ?

A l ‘heure actuelle on se demande à quoi servent les arbitres de surface qui sont censés surveiller la zone de but et qui ne bougent pratiquement pas. Seul l’arbitre de champ décide pratiquement de tout et détient la clé du match. On est plus dans les années 50. Le jeu actuel n’a plus rien à voir en terme de rapidité du jeu, de vélocité des joueurs qui sont des athlètes mais aussi de leur comportement truqueur pour certains… On ne compte plus les tirages de maillot. Les situations sur les coup francs dans la surface deviennent de plus en plus ingérables.

Et puis techniquement cela ne pose plus de problèmes. Il se produit par match en moyenne 1,2 à 3 situations équivoques, des fois aucune. Cela ne risque pas de prolonger le match de manière abusive. Il suffit simplement d’examiner les situations de penalties et de but quand elles présentent un doute ! Et cela à la demande de l’arbitre qui reste maitre de la situation.

On peut le dire, toutes les grosses erreurs d’arbitrage ont eu lieu en faveur des grosses équipes. L’Angleterre, l’Allemagne, le Brésil, la France (la main de T.H.), l’Argentine,  par exemple en Coupe du Monde.

L’arbitrage vidéo est devenue indispensable. La Fifa fonctionne en autiste en le refusant, mais il est devenu urgent de remettre ce problème à l’ordre du jour. Perdre un match sur une grosse erreur d’arbitrage est toujours injuste et frustrant que l’on soit joueur, supporter, téléspectateurs… ça laisse un goût très amer ; la défaite devenant injuste et la victoire un vol.

Et ceci d’autant plus que ces erreurs sont vues par les spectateurs et téléspectateurs qui ne sont pas, eux, sur le terrain ce qui est un comble !

JC



Laisser un commentaire