La saison 2015-2016 étant achevée, il est temps de faire un bilan sur la prestation de nos joueurs. Après chaque rencontre, la rédaction d’ActuGirondins a attribué une note à chaque joueur bordelais ayant disputé au moins 45 minutes (elle correspond à la moyenne des notes de tous les rédacteurs). La saison terminée, nous vous proposons donc un classement de notre effectif, établi avec la moyenne de ces notes.

LES JOUEURS HORS CLASSEMENT (2/6)

Battu d’entrée par Reims (1-2), Bordeaux a terminé la saison par une autre défaite à Caen (1-0). Entre ces deux échecs, les Girondins ont disputé 50 autres rencontres toutes compétitions confondues. Si beaucoup de joueurs ont été utilisés par Willy Sagnol et Ulrich Ramé, certains n’ont pas beaucoup joués. Dans cette deuxième partie de notre bilan, nous nous intéresserons donc aux joueurs ayant disputé entre 3 et 10 rencontres notées et ne figurant pas dans notre classement.

Paul BERNARDONI

7 matchs joués, 7 titularisations, 7 notes
Meilleure note : 5 (à Guingamp et contre Nice)
Pire note : (à Toulouse)
Joueur AG du match : jamais
18 buts encaissés

Après une première partie de saison individuellement réussie à Troyes, Paul Bernardoni débarque en Gironde pour « remplacer » Cédric Carrasso blessé. Propulsé titulaire d’entrée à Lyon, il passe au travers de son match (3/10). Un baptême du feu raté suivi par une prestation paradoxale face à Saint-Etienne. Malgré un penalty arrêté, notre nouveau gardien laissera un sentiment de fébrilité inquiétant (4/10). Paul Bernardoni ne se relèvera vraiment jamais de cette entame ratée. Arrivé dans un collectif en perdition, avec une défense à la rue, qui ne lui fait pas réellement confiance, il enchaînera les prestations moyennes (5/10 à Guingamp et contre Nice), voire très moyennes (4/10 à Reims et contre Ajaccio). Ridicule à Toulouse (0/10), il perdra ensuite sa place, le nouvel entraîneur Ulrich Ramé lui préférant Jérôme Prior.

Milan GAJIC

12 matchs joués, 9 titularisations, 10 notes
Meilleure note : 7 (à Lille et contre Nantes)
Pire note : (au Gazelec)
Joueur AG du match : jamais
1 but, 1 carton jaune

Pour remplacer Mariano, parti à Séville, la direction bordelaise lance son dévolu sur Milan Gajic. Tout juste auréolé d’un titre de champion du monde des moins de 20 ans, le Serbe semble avoir les atouts pour prendre la succession du Brésilien. Après une entame hésitante à Larnaca (4/10), il trouve directement son rythme de croisière, démontrant toutes ses qualités à Lille (7/10) et surtout face à Nantes, avec un but à la clé (7/10). On le pense alors lancé, mais ce ne sera jamais le cas. Moyen par la suite, comme face à Liverpool (5/10) ou Toulouse (4/10), il sera victime d’un coaching assez incompréhensible de Sagnol face à Lyon. Profitant de la blessure de Guilbert, il entre face à Troyes (5/10), avant d’être en tout point catastrophique et remplacé à la pause à Ajaccio (1/10). Blessé puis écarté, il ne rejouera plus avant l’arrivée de Ramé. Très inquiétant face à Bastia (3/10), le nouveau coach ne lui accordera plus sa confiance et c’est des tribunes qu’il assistera à la fin de saison.

Mathieu DEBUCHY

9 matchs joués, 9 titularisations, 9 notes
Meilleure note : 7 (contre Paris SG)
Pire note : (contre Nice)
Joueur AG du match : 2 fois (à Lyon et contre St Etienne)
1 carton jaune

L’arrivée de Mathieu Debuchy a surpris et ravi beaucoup de monde en Gironde ! A un poste de latéral droit où personne ne donnait satisfaction, sa venue devait permettre de solidifier la défense. Si d’un point de vue statistique et collectif cela n’a pas forcément été le cas, l’international français a rarement déçu. Seul défenseur à la hauteur, il a été élu homme du match pour ses deux premières rencontres à Lyon (6/10) et face à Saint-Etienne (6/10). Un peu en dedans ensuite, il se blessera face à Nice (4/10) et manquera presque 2 mois de compétition. Revenu à temps pour le sprint final et gagner sa place pour l’Euro, il a assuré l’essentiel de Marseille à Lorient (4 fois la note 5/10), avant de réaliser une prestation de tout premier plan face à Paris (7/10). Cela aurait-il été suffisant pour convaincre Didier Deschamps ? Malheureusement, nous ne le saurons jamais, la faute à une nouvelle blessure qui a mis fin à son objectif, et à son aventure bordelaise.

Robin MAULUN

5 matchs joués, 2 titularisations, 3 notes
Meilleure note : 6 (à Larnaca et contre Kazan)
Pire note : (à Caen)
Joueur AG du match : jamais

C’est donc sans contrat professionnel que Robin Maulun a terminé la saison. Révélation de la préparation estivale de 2015, on pensait le voir évoluer plus régulièrement au haut niveau. Malgré un match convaincant à Larnaca fin juillet (6/10), le jeune milieu de terrain aura passer tout son temps ou presque en CFA. Willy Sagnol n’a fait appel à lui que lors de sa revue d’effectif face à Kazan (6/10) et quelques minutes en Coupe de la Ligue face à Monaco. Il s’est montré intéressant, mais une blessure va venir freiner sa progression. Absent de longues semaines, Robin Maulun ne reviendra que pour aider la CFA, dont il a été le capitaine. Il n’évitera pas la descente de la réserve et quitte la Gironde sur une dernière apparition en pro, à Caen (5/10), la première de sa carrière en Ligue 1.

JUSSIÊ

21 matchs joués, 9 titularisations, 9 notes
Meilleure note : 6 (à Angers CdF)
Pire note : (à Sion)
Joueur AG du match : 1 fois (contre Liverpool)
2 buts, 1 passe décisive

C’était la 10ème et donc dernière saison de Jussiê sous le maillot bordelais ! Comme trop souvent, elle a été marquée par des blessures très longues. Cet exercice avait pourtant idéalement commencé pour notre « magicien », buteur salvateur sorti du banc lors de la réception de Liverpool. Malheureusement ce coup d’éclat sera pratiquement le seul pour lui, transparent en championnat (3/10 contre Montpellier ou à Bastia) comme en Europa League (2/10 à Sion). Blessé en fin d’année 2015, il semblait revenir en  janvier, avec notamment un but à Angers en Coupe (6/10), mais il n’a jamais su confirmer cette impression. Capable de choses plus ou moins bonnes contre Bastia (5/10), il est passé à côté de la réception d’Angers (3/10), qui restera, sauf improbable surprise, comme sa dernière rencontre avec le maillot au scapulaire.

MALCOM

13 matchs joués, 5 titularisations, 5 notes
Meilleure note : 7 (contre Lorient)
Pire note : (à Toulouse)
Joueur AG du match : jamais
2 buts, 2 passes décisives

Transféré du Brésil cet hiver, Malcom débarque en Gironde avec l’étiquette de future pépite du football auriverde. Utilisé avec parcimonie, c’est un joueur pour l’avenir… qui a déjà donné quelques promesses lors de ses derniers mois. Cela n’a pas toujours été facile pour lui, arrivé dans un contexte très délicat, il s’est notamment trouvé au milieu du naufrage sur la pelouse du Stadium (écopant du 0 général). Indivuellement, il nous a offert quelques séquences très intéressantes, inscrivant un but (inutile malheureusement) face à Nantes et un autre en L1 venant récompenser sa prestation aboutie face à Lorient (7/10). Bon à Troyes également (6/10), il a démontré que sa patte gauche pouvait faire merveille, se distinguant notamment lors de plusieurs de ses entrées en jeu, alors que l’équipe ne tournait pas du tout (à Reims, contre Bastia, contre Angers…). Assurément une bonne pioche pour le futur du club !

Isaac KIESE THELIN

12 matchs joués, 7 titularisations, 7 notes
Meilleure note : 6 (à Larnaca)
Pire note : (contre Angers)
Joueur AG du match : jamais
1 but, 1 carton jaune

Plus le temps passe et plus Isaac Kiese Thelin devient un flop retentissant. Peu efficace lors de son arrivée, il avait le mérite de créer des brèches et d’offrir des buts à ses partenaires… cette saison ce fût le néant ou presque. Pourtant l’histoire aurait pu être toute autre après sa réalisation sur la pelouse de Larnaca en juillet dernier (6/10). Il n’a jamais su en profiter, se montrant brouillon au tour suivant, à l’aller (4/10) comme au retour (4/10). En championnat, le constat est encore plus alarmant, à l’image de sa prestation ratée contre Toulouse (3/10). Catastrophique à Lorient aussi (3/10), il finira par (logiquement) perdre sa place au profit d’Enzo Crivelli. De décembre à mai, il n’aura eu droit qu’à deux titularisations, mais son niveau n’a convaincu ni Willy Sagnol (4/10), ni Ulrich Ramé (2/10), et encore moins les supporters !

Le bilan général

Fortunes diverses pour nos recrues hivernales ! S’ils ont plus joué que Mauro Arambarri (voir partie précédente), Propulsé titulaire d’entrée après une dizaine de bons matchs avec Troyes, Paul Bernardoni s’est montré très fébrile et a été le symbole de la terrible mauvaise passe du club. Venu apporter son expérience et se relancer pour obtenir une place à l’Euro 2016, Mathieu Debuchy a été globalement satisfaisant, mais a raté son pari à cause d’une blessure. Sans doute trop peu utilisé, Malcom sera certainement un futur grand joueur et a déjà montré de belles choses sous le maillot girondin. Arrivés un peu plus tôt à Bordeaux, Milan Gajic et Isaac Kiese Thelin ont été très décevants et symbolisent l’échec du recrutement des Girondins. Si le Serbe faisait sa première saison, le Suédois vient de passer un an et demi très difficile. Enfin, Robin Maulun et Jussiê ne seront plus bordelais. L’un a trop peu porté le maillot au scapulaire, l’autre aurait sans doute dû partir avant, ses bonnes performances étant trop rares…

Jeudi, nous rentrerons dans le vif du sujet en nous intéressant au bas du classement (20ème à la 16ème place).



Publier un nouveau commentaire