Guillaume HOARAU

AC Ajaccio 1–1 FC Girondins de Bordeaux (33ème journée de Ligue 1) – Affluence :  6 319 spectateurs

Les joueurs alignés – Bordeaux : Carrasso – Mariano, Sané, Planus, Orban – Sertic (cap), Traoré, Maurice-Belay (Jussiê 46′), Rolan (Diabaté 46′) – Saivet, Hoarau.

Buteur(s) :  Mostefa (86′)  / Jussiê (62′). 

Avertissement(s) pour Bordeaux : Sané (37′).

C’est dans un stade quasi-vide et sans véritable enthousiasme dans les gradins que l’arbitre donne le coup d’envoi de cette rencontre… Ajaccio en bon dernier joue sa survie dans l’Elite ce soir, une défaite les reléguerait en Ligue 2. Coté bordelais, l’enjeu est surtout psychologique ; les Girondins n’ont plus gagné depuis six matchs et se doivent de réagir sur le terrain de la lanterne rouge ! Pour ce faire, Francis Gillot reconduit le même onze de départ que face à Rennes la semaine dernière (2-2). Rapidement, les corses sans doute libérés par leur probable relégation jouent sans complexe. La première frayeur est à mettre à l’actif de Nadeau qui ne peut trouver mieux que le petit filet de Carrasso (3′). Quelques secondes avant, Hoarau s’était illustré par une frappe cadrée mais trop molle pour être dangereuse. Si Bordeaux prend le contrôle du jeu, ce sont les hommes de Bracconi qui se portent vers l’avant avec le plus d’entrain. Alors que l’on arrive au quart d’heure de jeu, Traoré tacle violemment la cheville de Pedretti qui se tord de douleur ; le malien échappe miraculeusement au carton jaune ! Le coup-franc qui suit est frappé par Dielna et prend la direction de la lucarne de Carrasso qui veille au grain (16′). Après 20 minutes de jeu, les Girondins rentrent enfin dans leur match et se montrent plus entreprenants. Mariano, très en vue en cette première période et positionné très haut sur le terrain, trouve Saivet au second poteau dont la reprise de volée prend la direction des nuages… (20′) Sur l’action qui suit, Bonnart profite des largesses défensives pour se présenter seul face à Carrasso mais manque inexplicablement le cadre… Le portier bordelais souffle, Bordeaux a eu très chaud ! (21′) La réponse girondine ne se fait pas attendre et c’est Traoré qui au terme d’un festival de dribbles se fait stopper illicitement dans la surface… Alors que tous réclament le pénalty, l’arbitre ne bronche pas. (23′) Bordeaux domine mais connait de grosses difficultés à se montrer dangereux, comme souvent… La plus grosse occasion bordelaise de cette première période survient à la demi-heure de jeu lorsque Hoarau s’élève pour placer sa tête sur un bon centre d’Orban, Ochoa réalise une belle parade ! (31′) Le portier corse repoussera ensuite deux tentatives cadrées de Diego Rolan (34′) (36′). Bordeaux joue haut dans le camp corse et se fait surprendre sur une erreur défensive qui fort heureusement sera reprise par Planus qui se sacrifie pour contrer la frappe de Benjamin André (38′). Juste avant la mi-temps, Saivet s’échappe et se présente à son tour face à Ochoa mais il est repris in extremis par Dielna (42′). On en restera là pour cette première période, Bordeaux est devant dans les chiffres (22 centres, 9 tirs, 60% de possession de balle…) mais ne parvient pas à concrétiser sa domination au tableau d’affichage ; 0-0.

Le match reprend ses droits pour la seconde période et tous espèrent plus de spectacle… Le staff bordelais aussi, il se décide alors à agir précocement. Rolan décevant et Maurice-Belay transparent sont remplacés par les deux meilleurs buteurs girondins cette saison ; Jussiê et Diabaté. Gillot réajuste donc son système tactique, Jussiê forme le losange au milieu de terrain et se place derrière les deux géants que sont Diabaté et Hoarau à la pointe de l’attaque. Saivet glisse à droite et sera l’homologue de Traoré sur les ailes. Ces changements semblent bénéfiques aux Girondins puisque ce sont eux qui vont davantage de l’avant en cette seconde période. Diabaté ne trouve pas le cadre sur sa première occasion (48′) et Sertic voit Ochoa se mettre sur son chemin (49′). Un faux rythme s’installe alors jusqu’à l’heure de jeu. C’est le moment choisi par les bordelais pour frapper un gros coup… Sertic est à la baguette d’un coup-franc excentré, le désormais capitaine des Girondins jusqu’à la fin de la saison ajuste son centre vers Jussiê qui arrive lancé et coupe la trajectoire du ballon d’une reprise de volée puissante qui ne laisse pas la moindre chance à Ochoa… Le ballon se loge sous la barre, ça fait 1-0 ! (62′) Septième réalisation cette saison pour le brésilien pour autant de passes décisives pour le franco-croate. La dernière demi-heure se dispute sur un rythme lent, les Girondins gèrent en faisant tourner calmement le ballon sans véritablement reculer, la réaction corse se fait désirer… Le stade semble résigné, les joueurs aussi. Peut-être même trop puisque à la surprise générale suite à un duel aérien dans la surface bordelaise, le ballon revient vers Mostefa qui le catapulte d’une reprise de volée foudroyante au fond des filets ! (86′) Égalisation de la lanterne rouge, personne n’y croyait plus, pas même Mostefa en pleurs après son but… Ce but va même redonner du baume au cœur des ajacciens qui seront plus proches de faire le break que les Girondins de l’emporter… Au terme des deux minutes de temps additionnel, l’arbitre renvoie les 22 acteurs aux vestiaires et siffle la fin du match ; 1-1 !

Sans maîtriser outrageusement son sujet, Bordeaux semblait tout de même se diriger tranquillement vers la victoire… C’était sans compter sur l’abnégation de la lanterne rouge qui s’offre un dernier espoir symbolique puisque l’ACA n’est pas encore officiellement relégué en deuxième division ce soir. Les Girondins eux ont mis définitivement un terme aux spéculations et aux espoirs de qualification européenne à la fin de la saison. Les hommes de Francis Gillot n’ont plus grand chose à jouer durant les cinq journées restantes et termineront cet exercice 2013/2014 en roue libre. Nul doute qu’ils en sortiront par la petite porte… Le scénario de ce soir c’est trop souvent répété et n’en devenait que prévisible… Malgré tout, cela reste une grande désillusion pour les supporters, une de plus, qui voient leur équipe réaliser une énième contre-performance cette saison. Un cinquième match nul de rang sur le terrain d’une lanterne rouge quasiment condamnée reste une énorme déconvenue… Nous sommes en droit d’exiger une réaction, seulement il semblerait que les hommes de Francis Gillot aient grillé tous leurs jokers et que le Salut ne leur sera pas accordé par les supporters cette saison… Ce n’est pas encore l’heure de faire les comptes et de tirer des conclusion mais les résultats parlent et le bilan est sans appel… Bordeaux recevra Guingamp dimanche prochain (17h, BeINSPORTS 1) avant de se déplacer au Grand Stade de Lille le dimanche suivant (21h, Canal+). Les Girondins restent sur une inquiétante série de sept matchs sans victoire et pourraient reculer à la 8ème place en cas de victoire de Reims demain (voir le classement complet ICI). Ce soir nous faisons plus que jamais appel à la fierté et à l’orgueil des joueurs qui portent nos couleurs… Nous exigeons du spectacle en cette fin de saison,  ce qui nous a cruellement manqué tout au long de ce championnat… Supporters dans les bons comme dans les mauvais moments ; Allez Bordeaux ! 



Laisser un commentaire