FC Girondins de Bordeaux – Videoton FC (3ème tour préliminaire de Ligue Europa)

La feuille de match

Bordeaux : Costil – Sabaly, Lewczuk, Toulalan (c), Contento – Arambarri, Lerager, Sankharé (Plasil 86e) – Malcom, Laborde (A. Mendy 76e), Kamano

Videoton : Kovacsik – Négo, Fejes, Juhasz, Stopira – Suljic, Varga (Szolnoki 57e), Patkai (Maric 86e), Hadzic – Lazovic, Scepovic (Henty 79e)

Buts : Sankharé (18e, 33e) / Scepovic (23e)

Affluence : 21337 spectateurs

Le résumé

C’est la rentrée des classes chez les Girondins qui, pour accéder aux phases de poule de la Ligue Europa, doivent passer deux tours de barrage. D’où cette reprise de la compétition officielle assez précoce. Au troisième tour de qualifications pour cette Coupe d’Europe, Bordeaux a hérité du club hongrois de Vidéoton. Les 90 premières minutes viennent de s’achever et à mi-course, les Girondins ont une maigre avance. 2-1

Une entame convaincante

Les mouvements en une touche de balle qui ont fait la force des Girondins en fin de saison l’an passé ont une nouvelle fois eu leur effet. Laborde et Kamano d’abord (3e) ont échangé avec vivacité mais une faute sur le premier n’a pas été sifflée. Laborde, encore une fois, s’est distingué par son sens du collectif en servant Malcom alors qu’il aurait pu frapper lui-même. L’effort du brésilien a fui le cadre (9e). Le nouveau n°7 des Girondins, particulièrement en jambes dans la première demi-heure, a eu moult occasions de faire parler son pied gauche. Sans la réussite finale. Après une passe ratée, dans l’axe, de Suljic, Malcom lance un 3 contre 2 à vingt-cinq mètres du but. Sa passe bien sentie mais un poil trop molle n’a pas trouvé Laborde (15e).

Hormis une chaude alerte pour Costil après une frappe puissante de Scepovic (6e) bien sortie par notre nouveau portier, il n’y a, dans les vingt premières minutes, aucune raison de s’inquiéter. Et les Girondins ont fait le travail pour être le premier à ouvrir le score. Malcom, encore une fois, déconcerte toute la défense hongroise et centre une première fois. Contré. Sans contrôle, sa deuxième passe lobée est une merveille. Et Sankharé, une nouvelle fois aux avants-postes, ne s’est pas fait prier pour placer une tête plongeante parfaite. (1-0, 18e).

Encore une once d’inquiétude qui passe. Sauf que… le naturel bordelais est vite revenu au galop. Cinq minutes seulement après l’ouverture du score, Vidéoton est revenu à la marque. Sur une passe en profondeur anodine, quatre joueurs sont successivement en retard. Les accusés sont : Contento, Toulalan, Lewczuk et Sabaly. Soit, les quatre défenseurs titularisés ce soir. C’est moche. Scepovic n’a pas tremblé devant un Costil abandonné. (1-1, 23e).

Le minimum syndical assuré

À 1-1, la surprise a rapidement laissé place à la déception, voire à l’énervement. Comment ces sauts de concentration peuvent exister dans une confrontation si importante, après s’être battu pour avoir la possibilité de jouer ces matchs ?

Bien leur en a pris, les bordelais ont remis le pied sur l’accélérateur. Et Sankharé, en buteur providentiel, s’est chargé d’apporter la touche réussite. Sur un super mouvement triangulaire mené par Malcom au coeur des 20m, Kamano se retrouve face à Kovacsik, gardien visiteur, et sert intelligemment l’ancien Guingampais, seul devant le but. (2-1, 33e). Encore une fois, presque cinq minutes après, Vidéoton a eu une énorme occasion (39e). Cette fois-ci, avortée par le manque de promptitude de Fejes qui décroise trop sa tête. Passant à quelques millimètres du poteau gauche de Costil, resté stoïque.

Lerager et Arambarri, plutôt discrets offensivement, se sont plus lâchés en 2e, offrant parfois un milieu désert mais une kyrielle de possibilités devant. Plus d’analyses dans l’article des notes. Lerager, justement, aurait pu être passeur décisif d’une superbe ouverture du gauche mais la reprise de Kamano a été molle, très molle (49e).
Quelques signes de crispation ont émaillé cette deuxième mi-temps. Kamano et Sankharé ont été avertis d’un carton jaune (61e, 62e) pour avoir provoqué des simulations adverses. Le rythme est redescendu par la suite et malgré la bonne volonté d’un Alexandre Mendy solide au duel, le score n’a pas évolué. Et en est donc resté à 2-1.

Bordeaux prend donc une option sur la qualification, sans toutefois assurer quoi que ce soit. Il va falloir faire un résultat à la hauteur dès la semaine prochaine, en Hongrie, en terrain inconnu et probablement hostile. Attention… S’il n’y a pas eu de suffisance hormis lors d’une minute fatale, il ne va pas falloir jouer avec le feu.

Allez Bordeaux !




Laisser un commentaire